Accueil > Actualités > Seoul 1988 Actualités > Carl Lewis

Seoul 1988

Options

Carl Lewis

Carl Lewis

23/09/1988

Le monde se remettait à peine du séisme que venait de provoquer la disqualification de Ben Johnson dans le 100m quand Carl Lewis s’aligna pour défendre son titre olympique dans le saut en longueur aux Jeux à Séoul en 1988.

Lewis, à qui avait été décerné l’or du 100 m après qu’il eut été découvert que la performance de Johnson avait bénéficié d’un usage illégal de stéroïdes, avait jeté un regard absolument dubitatif quand le Canadien s’était adjugé la victoire par un temps record de 9"79 quelques jours auparavant.

La nouvelle avait provoqué une telle onde de choc à travers la ville et le Mouvement olympique, que Lewis dut faire preuve d’une concentration considérable dans la suite de son programme.

Et comme si la revanche n’était pas une motivation suffisante pour l’injure faite dans la victoire du 100 m, Lewis avait également à surmonter la perte récente d’un père très aimé.

C’est dans les mains de Williams, son père décédé, que Lewis avait placé la médaille d’or du 100 m gagnée à Los Angeles, pour qu’elle soit ensevelie avec lui, jurant devant celui-ci et sa mère qu’il en remporterait une autre.

Certes il décrocha cette seconde médaille d’or au 100 m, mais pas comme il l’aurait souhaité. Et c’est dans le saut en longueur, son épreuve préférée, qu’il comptait rétablir sa dignité.

Le programme laissait moins d’une heure à Lewis pour se remettre des qualifications du 200 m qui précédaient son entrée dans la finale du saut en longueur.

Il devait sauter le premier mais les officiels acceptèrent de le placer en queue des 12 finalistes afin qu’il ait plus de temps pour récupérer.
Cette compétition, c’était la bataille d’un trio américain formé par Lewis, Mike Powell et Larry Myricks.

Les premiers essais de Lewis furent un modèle de constance: 8,41 m, 8,56 m et 8,52 m, ce qui lui assura une avance décente sur ses rivaux sans être incontestable.

Au terme du troisième essai, les officiels changèrent d’attitude quant à l’ordre de passage et Lewis reprit la tête de la liste. Ceci ne le déstabilisa nullement puisqu’il réalisa un 8,72 m décisif s’assurant ainsi la médaille d’or.

Lewis fut le premier athlète à conserver son titre dans le saut en longueur. Il le gagna de nouveau à Barcelone et Atlanta, dans un exploit qui n’est pas près d’être renouvelé.

À LA UNE