Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Tout en haut, il y a Marit Bjørgen !

Sotchi 2014

Options

Tout en haut, il y a Marit Bjørgen !

Tout en haut, il y a Marit Bjørgen !
©Getty Images (3)

22/02/2014

Comme à Vancouver en 2010, Marit Bjørgen est la reine du ski de fond aux Jeux de Sotchi. Elle s’impose à l’arrivée du 30km style libre, samedi 22 février devant le public du stade Laura, devant Therese Johaug et Kristin Størmer Steira pour un triplé norvégien, le premier dans la discipline depuis les Jeux  de 1992. Marit Bjørgen remporte son 3e titre à Sotchi, le 6e de sa carrière et sa 10e médaille en tout.

Il y avait la Soviétique Raisa Smetanina et l’Italienne Stefania Belmondo (10 médailles en ski de fond). Il y avait Ljoubov Egorova en ski de fond et Lidyia Skoblikova en patinage de vitesse, 6 médailles d’or avec l’équipe d’URSS. Il y a maintenant Marit Bjørgen qui cumule ces deux totaux pour s’installer au sommet des femmes les plus décorées aux Jeux Olympiques d’hiver !

Ce magnifique record ?  « Je n'y pensais pas, je pensais plutôt à chaque course. Cette année, je voulais vraiment avoir l'or sur le 30 km. Quand j'arrêterai de skier je penserai au nombre de médailles », explique « Gull-Marit » (Marit en or) comme on la surnomme dans son pays. 

A Sotchi, la doyenne de l’équipe de ski de fond norvégienne, remporte trois titres, comme à Vancouver en 2010. Elle commence par conserver sa couronne en skiathlon le 8 février. Onze jour plus tard, en compagnie d'Ingvild Flugstad Østberg, Marit gagne l’épreuve de sprint par équipes. Enfin, elle termine en apothéose en s’imposant dans l’épreuve reine du 30km à sa quatrième tentative, prenant le meilleur sur ses deux coéquipières dans le final.

Les Norvégiennes prennent la poudre d’escampette

Dans cette course, par une belle journée sur les pistes du complexe Laura, Marit Bjørgen n'aura finalement pas à puiser dans ses dernières réserves, emmenée comme dans un fauteuil par ses compatriotes Therese Johaug et Kristin Størmer Steira.

Les trois norvégiennes prennent en effet la poudre d'escampette à partir du 10e km, trop fortes pour un peloton dans lequel figure la tenante du titre Polonaise Justyna Kowalczyk. L'autre favorite de l'épreuve, qui avait battu Marit dans un final à couper le souffle sur 30km classique à Vancouver 2010, abandonne après le 12e kilomètre, souffrant encore de sa cheville blessée.

Le trio norvégien accélère constamment, augmentant son avance de cinq secondes par tranche de 5km pour aller se disputer la victoire plus d’une minute avant le reste des concurrentes. C’est Therese Johaug qui durcit la course dans le dernier kilomètre. Son accélération laisse sur place Kristin Størmer Steira mais Bjørgen prend sa roue.

Dans la petite montée précédant l’entrée dans le stade, Marit produit son effort et prend une bonne longueur d’avance sur sa cadette, leader de la coupe du monde FIS de ski de fond. Reste un passage en descente puis la ligne droite finale et la ligne d'arrivée que la doyenne atteint avec un grand sourire, 2.6 avant Johaug. Størmer Steira arrive 23.6 après et se précipite dans les bras de ses trois coéquipières. La Finlandaise Kerttu Niskanen remporte le sprint pour la 4e pace à 1:12.26 !

Rendez-vous en 2018 à Pyeongchang ?

« C’est dingue ! Nous sommes toutes Norvégiennes, et nous sommes toutes sur le podium. Ca a été mon but depuis bien longtemps. Je pensais que ce 30km serait difficile, mais je me sens vraiment très bien depuis quelques jours » explique Bjørgen. Revenant sur les problèmes de fartage qui ont pénalisé les skieurs de fond norvégiens, particulièrement en relais, elle explique « c’est sûr que nous n’avions pas été bons. Mais nous avons montré aujourd’hui que nous sommes les plus forts ». 
Therese Johaug confirme : « Cela veut dire beaucoup pour notre équipe. Nous sommes de retour après ces relais. Nous savions que nous étions plus forts que ça. Nous avions de très bon skis. Notre équipe de fartage a fait un très bon travail ».

Le dernier triplé en ski de fond était déjà l'oeuvre de Norvégiens, avec Vegard Ulvang, Björn Daehlie et Terje Lagli sur le 30 km classique des jeux d'Albertville 1992. Chez les femmes, ça ne s'était plus vu depuis 1988 à Calgary avec les Soviétiques Tamara Tichonova, Ansifa Reztsova et Raisa Smetanina sur le 20 km classique.

« Gull Marit », qui sera montée sur les podiums olympiques de toutes les distances du ski de fond en quatre participations, améliore ce 22 février un autre record : à 33 ans et 338 jours, elle est la doyenne des championnes olympiques de son sport. La Norvégienne n'a d'ailleurs pas clairement pas exclu de continuer la moisson en 2018 à Pyeongchang. « Quatre ans c'est beaucoup, je ne rajeunis pas, je réfléchis aussi à avoir une famille, je verrai. Si j'ai la motivation je ferai les Jeux mais c'est difficile de savoir ce que je ferai dans quatre ans ».

 

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE