Accueil > Actualités > Tokyo 2020 > Tokyo 2020: Découvrir demain

Tokyo 2020

Options

Tokyo 2020: Découvrir demain

22/04/2014

Avec le retour des Jeux Olympiques à Tokyo en 2020, Jack Gallagher, responsable du cahier des sports du Japan Times, s’intéresse pour la Revue Olympique aux répercussions de cette décision pour la ville qui a accueilli les Jeux en 1964. Il présente aussi ce à quoi les athlètes et leurs fans peuvent s’attendre dans sept ans.

Le Japon tout entier a explosé de joie quand Jacques Rogge, président sortant du CIO, a annoncé que Tokyo avait triomphé du scrutin d’attribution des Jeux Olympiques en 2020. La nouvelle, parvenue dans le pays au petit matin, a immédiatement été reprise à la Une des médias. Toute la journée, les télévisions ont diffusé des programmes en direct et les journaux de la capitale ont publié des éditions spéciales. Quant au public, rassemblé aux points de retransmissions publiques, il s’est réjoui sans frein.

L’effervescence s’est poursuivie durant plusieurs jours: les plus âgés ont rappelé les souvenirs de 1964, année également de l’arrivée du premier Shinkansen (train à grande vitesse) et les plus jeunes ont fait part de leur rêve de représenter l’Hinomaru (l’emblème japonais).

La candidature de Tokyo l’a emporté sur celle d’Istanbul au dernier tour de scrutin, par 60 voix contre 36. Ceci marque l’apogée de plusieurs années de minutieuse planification menée par Tsunekazu Takeda, président du Comité olympique japonais, et Masato Mizuno, directeur général de la candidature. Cette victoire advient après plusieurs candidatures infructueuses à l’organisation des Jeux d’été: Nagoya (1988), Osaka (2008) et Tokyo (2016). Le Japon qui, outre les Jeux d’été de 1964, a aussi accueilli les Jeux d’hiver à Sapporo en 1972 et à Nagano en 1998, s’est imposé cette fois-ci avec la devise «Découvrir demain».

L’un des atouts de la candidature est sa compacité. Près de 75 % des sites sportifs sont à 8 km du village olympique, situé sur le front de mer d’Harumi, dans la baie de la capitale. Et 22 des 37 équipements seront construits pour l’occasion. La majorité des épreuves aura lieu à Tokyo sauf des matches du tournoi de football qui seront joués à Yokohama, Saitama, Sapporo, Rifu et dans la préfecture de Miyagi. Quelques sites des Jeux de 1964 serviront de nouveau. Le stade national de Tokyo, théâtre des cérémonies d’ouverture et de clôture ainsi que des compétitions d’athlétisme, sera complètement repensé et remplacé par une arène à la toiture rétractable, de 80 000 places. Il accueillera la finale de la Coupe du monde de rugby en 2019.

Les Jeux, prévus du 24 juillet au 9 août 2020, permettront d’aider le Japon à se repositionner sur la scène mondiale du monde des affaires. L’économie japonaise lutte depuis près de deux décennies. Mais la venue des Jeux implique un renouvellement des infrastructures et la relance du tourisme sans compter d’autres retombées économiques à long terme. Hôte de nombreuses grandes manifestations sportives des 50 dernières années comme la Coupe du monde de football de 2002, co-organisée avec la République de Corée, le Japon s’apprête à relever un formidable défi en vue d’accueillir le monde entier dans sept ans. Nous sommes convaincus que nos amis japonais proposeront des Jeux excellents, a déclaré Jacques Rogge. Nous pouvons leur faire confiance, ils organiseront des Jeux sûrs, bien pensés et placeront le bien-être des athlètes en tête. Je sais qu’ils seront au cœur des Jeux.

La présentation donnée lors de la Session du CIO cette année s’est ouverte par une intervention éloquente de la princesse Takamado, en présence du Premier ministre Shinzo Abe, de Tsunekazu Takeda et Masato Mizuno. L’hommage émouvant de Mami Sato, paralympienne en saut en longueur, décrivant comment le sport l’avait sauvée du désespoir après la perte d’une jambe du fait d’un cancer, a sonné juste.
Mon cœur battait la chamade (avant l’annonce), à présent je suis ravi, a déclaré Shinzo Abe à Kyodo News. Nous répondrons aux attentes et au soutien en organisant ces Jeux Olympiques avec succès. Je crois que nous avons fait passer le message que nous pouvions le faire en toute sûreté.

Membre éminent de la communauté olympique depuis de nombreuses années, Masato Mizuno avait rappelé en juin 2011, devant l’association des journalistes sportifs étrangers du Japon à Tokyo, combien les Jeux pouvaient être un catalyseur de changement. Nous défendons les valeurs olympiques: excellence, amitié et respect. Au-delà de ces Jeux, nous voulons aussi développer notre société et démontrer la force du sport.
Cavalier ayant participé aux Jeux de 1972 à Munich et de 1976 à Montréal, Tsunekazu Takeda a exprimé les sentiments de nombre de ses compatriotes quand il a commenté la sélection de Tokyo.

"J’attends ce bonheur depuis tant d’années", a-t-il confié. "C’est un honneur d’être choisi comme hôte. Il admet que l’épreuve a été longue et ardue, et que désormais le vrai travail commence! La famille olympique nous fait confiance pour que nous organisions les Jeux mémorables que nous avons promis et nous relevons le défi", a-t-il précisé. "L’expérience sera inoubliable pour chacun des membres de la famille olympique, des athlètes et des spectateurs. Nous sommes impatients de passer à l’action. Ce sera un superbe événement, en plein cœur de notre dynamique capitale. C’est avec sérieux et humilité que nous prenons en charge cette immense responsabilité et nous œuvrerons sans relâche pendant les sept prochaines années pour organiser ce qui sera à n’en pas douter la plus grande manifestation mondiale de 2020."

Découvrez les dernières photos

À LA UNE