Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Tina Weirather, la nouvelle sensation de l’hiver olympique

Sotchi 2014

Options

Tina Weirather, la nouvelle sensation de l’hiver olympique

Tina Weirather, la nouvelle sensation de l’hiver olympique
©Getty Images

04/02/2014

Issue d’une famille de champions olympiques et mondiaux, Tina Weirather remet le Liech-tenstein sur le devant de la scène en ski alpin cet hiver. En tête de la Coupe du Monde FIS à la fin 2013, elle marche sur les traces de sa maman, Hanni Wenzel, double médaillée d’or à Lake Placid en 1980.

A 24 ans, Tina Weirather est enfin en pleine possession de ses moyens physiques : elle fait parler la poudre sur toutes les pentes de la Coupe du monde FIS 2013-2014. Avec la première victoire de sa carrière en slalom géant en bas de la piste OK de Val d’Isère le 22 décembre, arrivant à la suite de ses cinq podiums en sept départs, dont un succès en Su-per-G à Saint-Moritz, la skieuse du Liechtenstein a passé les fêtes de Noël avec le dos-sard rouge de leader du classement général. Tout destinait à priori Tina Weirather à deve-nir un grand nom de son sport. Le chemin a pourtant été semé d’embûches.

Tina naît à Vaduz le 24 mai 1989. Sa maman, Hanni Wenzel, est quadruple championne du monde, quadruple médaillée aux Jeux, championne olympique du slalom et du géant à Lake Placid en 1980 et double vainqueur de la Coupe du Monde FIS en 1978 et 1980. Son père autrichien, Harti Weirather, a été champion du monde de descente en 1982. Son oncle Andreas Wenzel est un double médaillé olympique et quadruple médaillé mondial. Hanni et Andreas Wenzel ont remporté six des neuf médailles olympiques du Liechenstein, et ses seuls titres.

Pourtant, la petite Tina commence par jouer au tennis. Elle raconte « J’ai pratiqué jusqu’à 12 ans. Je n’aimais pas ces batailles à un contre un. En ski, c’est juste vous face à la pente. Vous vous battez contre la montagne, et pas contre les autres filles, et c’est pour cette raison que j’adore le ski de compétition ». Elle débute au niveau international junior en 2004, dispute sa première course de Coupe du Monde (le géant de Sölden) en octobre 2005 et ses premiers Jeux Olympiques à 16 ans en 2006 à Turin. Si son toucher de neige exceptionnel lui permet de se faire remarquer très tôt, elle est victime de blessures à répétition (endurant trois ruptures successives des ligaments croisés du genou droit) qui freinent jusqu’en 2011 sa carrière à chaque fois qu’elle est sur le point de décoller. Elle manque ainsi les Jeux de Vancouver en février 2010.

Au sommet avant Sotchi

Finalement, Tina Weirather obtient son premier podium en Coupe du monde en terminant 2e de la descente de Lake Louise le 2 décembre 2012, et sa première victoire dans le Super-G de Garmisch le 1er mars 2013. Des résultats qui préfigurent son formidable début d’hiver olympique, avec déjà de belles émotions : une victoire en Super-G à Saint-Moritz le 14 décembre, jour de l’anniversaire de sa maman à l’endroit où elle était devenue championne du monde de slalom en 1974. Et un premier succès en géant à Val d’Isère qui lui fait dire : « Ça a toujours été mon rêve de briller en géant. J’ai toujours voulu que ce soit ma meilleure discipline. Ça m’a pris beaucoup de temps pour en arriver là et c’est un sentiment extraordinaire ».

La voilà lancée pour tenter d’obtenir la première médaille olympique du Liechtenstein depuis Paul Frommelt en slalom à Calgary en 1988. « Mes parents m’ont expliqué qu’aux Jeux, tout le monde est un peu plus nerveux, un peu différent par rapport à toutes les autres courses. Il est difficile d’y faire ce dont vous avez l’habitude quand vous avez du succès », observe-t-elle, considérant également que : « C’est la course d’un jour, et donc beaucoup plus de pression que celle que vous ressentez quand il s’agit du classement général de la FIS ». Mais son actuelle joie de skier, sa capacité à créer de la vitesse, son fabuleux toucher de neige et la confiance accumulée vont l’amener en position de favorite pour les honneurs à Sotchi, aussi bien en descente et en super-G qu’en géant !  

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE