Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Ted Ligety est un géant !

Sotchi 2014

Options

Ted Ligety est un géant !

Ted Ligety est un géant !
©Getty Images (2)

19/02/2014

Huit ans après son premier titre olympique, en combiné à Turin en 2006, l’Américain Ted Ligety concrétise la suprématie qu’il exerce depuis plusieurs années sur le slalom géant en remportant la médaille d’or, mercredi 19 février à Rosa Khutor. Il est encadré sur le podium par les Français Steve Missillier et Alexis Pinturault à l’issue des deux manches disputées sous le soleil. Ligety construit sa victoire en creusant des écarts impressionnants sur le premier tracé

« Des fois, je ne ressens pas la même chose quand je réalise mon run le plus rapide. Ce matin, j’ai senti par moments que j’y allais un petit peu trop précautionneusement. J’ai skié sous contrôle, il fallait faire attention aux quelques bosses. Mais finalement, j’ai réussi à me constituer un joli matelas ! » explique Ted Ligety après avoir creusé un véritable gouffre en première manche, capable sur l’exigeant tracé de Rosa Khutor, d’allonger ou de raccourcir les trajectoires à volonté, en prenant des appuis et des angles qui n’appartiennent qu’à lui.

Ligety prend donc les devants avec presque une seconde d’avance sur le 2e chrono réalisé par le Tchèque Ondrej Bank et son dossard n°28 ! Et surtout, il n’y a pas moins de 17 coureurs se tenant dans la même seconde à distance du géant de Park City. Bref, tout est en place pour une superbe bataille complètement ouverte pour le podium, derrière un Ted Ligety paraissant intouchable. « Il va falloir envoyer au maximum et mettre la pression sur Ted ! » dit alors le Français Thomas Fanara, placé en 4e position à 1.13 de l’Américain.

La deuxième manche, moins tournante mais réservant tout autant de pièges avec ses mouvements de terrain et son saut à l’aveugle en entrée de mur, va réserver un scénario que n’aurait pas renié Alfred Hitchkock. Il ne faut pas donner dans l’excès de vitesse, comme le champion olympique norvégien du Super-G Kjetil Jansrud, sorti du tracé alors qu’il est largement en tête à l’intermédiaire. Il faut rester précis, haut sur les portes, emmener de la vitesse tout du long et éviter les travers.

« Celui que je voulais gagner depuis tant d’années ! »

10e après la première manche à 1.50 de Ligety, le Français Steve Missillier va alors sortir la « manche de mutant », s’installant en tête de l’épreuve (2:45.77 au total) avec un chrono de 1:24.21 que personne ne parviendra à améliorer. « Je suis content de ce que j’ai fait. C’est agréable d’attendre dans ces conditions ! » dit Missilier en voyant le Suisse Carlo Janka (tenant du titre), l’Allemand Felix Neureuther, les Autrichiens Marcel Hirscher et Mathias Mayer, Thomas Fanara, l’Italien Davide Simoncelli et le Tchèque Ondrej Bank se casser tour à tour les dents sur son chrono. Seul son compatriote Alexis Pinturault parvient à s’approcher à 16/100e en réalisant le 2e temps de la manche. 

 

Mais le maître droit encore s’élancer, celui qui compte deux titres mondiaux et 20 victoires en coupe du monde FIS dans la discipline. L’avance de Ligety fond à chaque intermédiaire, mais il reste très solide, et le matelas qu’il avait magnifiquement tricoté sur le premier tracé lui permet de passer la ligne d’arrivée en champion olympique avec le 14e temps de la manche, et une avance finale conséquente de 48/100e sur Missilier et de 64/100e sur Pinturault pour un temps total de 2:45.29.

« C’est incroyable, fabuleux ! Le titre olympique du géant, c’était celui que je voulais remporter depuis des années et des années ! La pression était énorme »,  s’exclamera le roi Ligety qui avait déclaré deux jours avant la course : « Le géant, c’est ma discipline. Je me dois de gagner ». Il ajoute : « C'est fait. J'ai tellement travaillé pour en arriver là.  Et je suis heureux de partager ce podium avec Alexis, qui sera une des grandes stars de demain, et avec Steve qui a le même âge que moi, et qui mérite tellement cette médaille d’argent »

« On savait qu’il fallait tout envoyer sur la 2e manche. Je ne réalise pas encore ! C’est génial de monter sur le podium avec Alexis », dit Steve Missillier qui ne comptait jusque là qu’une 3e place en slalom en Coupe du monde . En écho, Alexis Pinturault répond : « Ca va faire un super souvenir ! Nous sommes derrière Ted, mais je suis vraiment très heureux ».

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE