Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Style et vitesse : les athlètes de skeleton se distinguent par leur originalité

Sotchi 2014

Options

Style et vitesse : les athlètes de skeleton se distinguent par leur originalité

Skeleton athletes combine style and speed with racy helmet designs
©Getty Images (5)

14/02/2014

Il faut des nerfs d'acier pour concourir dans une épreuve où la vitesse peut atteindre jusqu'à 120 km/h, c'est pourquoi les athlètes olympiques qui pratiquent ce sport sont très résistants. En dehors de la piste, ils se démarquent également par leur côté artistique, et bien souvent ils aiment se servir de la grande attention accordée à leurs casques pour exprimer leur individualisme.

Le design des casques arborés aux Jeux Olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi va des simples motifs culturels aux concepts les plus surréalistes. 

L'Américaine Katie Uhlaender, 29 ans, a opté pour une tête d'aigle coiffée de bandes rouges et blanches sur un casque blanc. 

Katie Uhlaender explique que le design de son casque lui a été inspiré par la médaillée d'or olympique de ski alpin, Picabo Street

"Picabo et moi-même nous sommes rencontrées en 2010 et cette rencontre a été une énorme source d'inspiration pour moi", commente Katie Uhlaender. 

 

"Je me suis procuré un nouveau casque et elle m'a proposé de me présenter la personne qui lui avait peint son casque pour les Jeux de 2002. Le résultat a été à la hauteur de mes espérances et depuis je ne le quitte plus."  

De l'anatomie aux zombies 

 Les Canadiens en revanche ont adopté une approche plus bizarre. Sarah Reid, 26 ans, double médaillée de bronze aux Championnats du monde, a en effet opté pour un casque avec une tête de zombie entourée de deux feuilles d'érable, petit clin d'œil national. 

"Au départ, je souhaitais utiliser une image que j'avais vue sur Internet. Il s'agissait du visage d'une fille – à moitié normale et à moitié tête de mort", a-t-elle confié.   "Mais le designer m'a conseillé une image un peu plus symétrique au sommet du casque, en estimant que ce serait beaucoup mieux. Il a bien fait. C'est tout à fait ce que je voulais – quelque chose de féminin, mais aussi un peu effrayant et avec un regard mortel." 

Son compatriote John Fairbairn avait quant à lui un casque noir avec la représentation orange d'un cerveau humain sur le dessus.

  

"Mon nom de famille est un peu piège à prononcer correctement et beaucoup de personnes se trompent. Une fois, alors que j'étais en compétition en Allemagne il y a quelques années, le commentateur m'a appelé 'John Fair-brain' (littéralement John cerveau loyal)". 

"Mon coéquipier et aujourd'hui entraîneur, Keith Loach, a gardé ce surnom et n'a plus cessé de m'appeler 'Fairbrain' depuis, surnom qui a été raccourci à 'Brain' (cerveau). J'ai toujours été le plus nerveux de l'équipe, aussi le design de mon casque correspond-t-il parfaitement à ma personnalité."

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE