Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Snowboard cross : Pierre Vaultier, le retour du guerrier

SOTCHI 2014

Options

Snowboard cross : Pierre Vaultier, le retour du guerrier

Snowboard cross : Pierre Vaultier, le retour du guerrier
©Getty Images (3)

18/02/2014

Arrivé en grand favori à Vancouver en 2010 et éliminé dès les quarts de finale, présent en outsider à Sotchi avec un genou blessé, le Français Pierre Vaultier a dominé l’ensemble de la compétition de snowboard cross, mardi 18 février à Rosa Khutor. En finale, il a repoussé les assauts du Russe Nikolay Olyunin pour gagner la médaille d’or olympique. L’Américain Alex Diebold passe la ligne d’arrivée en 3e position pour se parer de bronze.

A 18 ans, Pierre Vaultier participait à la première compétition de snowboard cross olympique de l’histoire, sur le parcours de Bardonecchia lors des Jeux de Turin 2006. Il était là pour apprendre et avait été rapidement éliminé, finissant 35e. Quatre ans plus tard, le champion de Serre Chevalier était le grand favori à Cypress Mountain pour la compétition des Jeux de Vancouver. Il était le n°1 mondial, leader de la Coupe du monde FIS où il alignait les victoires. Mais écrasé par la pression, il n’avait pas dépassé les quarts de finale.

Le 21 décembre 2013, Pierre Vaultier se blesse lors de l’épreuve de Lake Louise en Coupe du monde. Il est victime d’une déchirure du ligament croisé antérieur du genou droit, mais décide de ne pas se faire opérer pour tenter le pari de défendre ses chances à Sotchi où il va courir avec une attelle.

Le mauvais temps provoquant l’annulation des qualifications, les concurrents du snowboard cross commencent directement la compétition en 1/8èmes de finale dans la matinée du 18 février, sous la pluie à Rosa Khutor.  Plusieurs favoris sont rapidement éliminés, l'Autrichien Marcus Schairer, 2e de la Coupe du monde cette saison, l'Américain Nate Holland, septuple vainqueur des X Games et 4e aux Jeux 2010 et l'Américain Nick Baumgartner. L'Australien Alex Pullin, double champion du monde en titre, ne passe pas le cap des quarts de finale, ainsi que le Canadien Christopher Robanske, un autre prétendant au podium.

« C’est un miracle ! »

Pierre Vaultier, lui, se propulse en tête dès le départ, en 1/8èmes, en quarts et en demi-finale. Aérien, très sûr sur sa planche, il gagne tous ses tours un à un avec beaucoup d’aisance. Lors de la finale, le combat côte à côte avec le Russe Nikolay Olyunin va être intense sur les premiers virages, les premiers sauts. Mais le Français se détache irrésistiblement et passe la ligne d’arrivée avec une bonne longueur d’avance, levant les bras en signe de triomphe. Olyunin prend l’argent et l’Américain Alex Diebold arrive en 3e position devant le Français Paul-Henri De Le Rue, médaillé de bronze en 2006 à Turin.

"C'est incroyable, c'est un miracle. Il y a deux mois, c'était presque impensable » a déclaré le champion olympique. « J'ai du mal à réaliser. Je pense que j'ai décollé sur la dernière table (module de saut) et que je n'ai toujours pas atterri… »

Il explique aussi : « En fait, c'est surtout cette place d'outsider qui m'a amené ici, car j'ai énormément de mal à gérer ce type de pression dans un grand évènement. Aujourd'hui, avec beaucoup moins de pression et surtout beaucoup plus de plaisir, j'ai pu finalement le faire. Je ne stressais pas plus qu'avant une course de Coupe du monde et des Coupes du monde, j'en ai gagné à la pelle. La pression que j'avais était en fait très positive. Dès le premier run, j'ai exécuté ce que j'avais à exécuter, pas comme à Vancouver où la seule chose que j'avais exécuté c'est mon statut de leader. Là, j'ai été moi-même, j'ai réussi à m’exprimer ».

Pierre Vaultier est le 3e français champion olympique de snowboard, après Karine Ruby (géant à Nagano en 1998) et Isabelle Blanc (géant parallèle à Salt Lake City en 2002).

« C'était pour moi un pari assez quitte ou double. Au final, c'est double ! Premier en bas c’est le top !  Je suis allé jusqu'au bout de mes convictions. Celui qui m'aurait dit il y une semaine que j’allais devenir champion, olympique, je lui aurais rigolé au nez !» conclut Pierre Vaultier.

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE