Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Ski freestyle dames : de l’action en 3-D dans le parc extrême de Rosa Khutor

Sotchi 2014

Options

Ski freestyle dames : de l’action en 3-D dans le parc extrême de Rosa Khutor

Ski freestyle dames : de l’action en 3-D dans le parc extrême de Rosa Khutor
©Getty Images (6)

10/03/2014

D’un doublé canadien en bosses (les soeurs Dufour-Lapointe) à un autre en skicross (Marielle Thompson devant Kelsey Serwa), la famille du ski freestyle s’est agrandie à Sotchi avec deux nouvelles et spectaculaires épreuves : le slopestyle et le halfpipe, dont la Canadienne Dara Howell et l’Américaine Maddy Bowman resteront pour toujours les pionnières au palmarès olympique.

 

8 février : Les soeurs Dufour-Lapointe réalisent le doublé en bosses !

On n’a pas vu ça aux Jeux Olympiques d’hiver depuis 1964 et le doublé des soeurs Goitschel, les Françaises Christine devant Marielle dans le slalom d’Innsbruck. L’ainée l’avait emporté sur sa cadette d’un an. Mais cette fois, c’est l’inverse qui se produit. C’est Justine, 19 ans, n°2 mondiale qui a perpétue la fière tradition québécoise en ski de bosses aux Jeux Olympiques en remportant l’or. Et c’est Chloé, 22 ans, qui l’a rejoint sur le podium.

Selon la nouvelle formule par élimination de la compétition de bosses, elles sont tout d’abord 20 concurrentes pour un premier run en finale. Puis 12 pour un deuxième run, et enfin, plus que six pour le dernier, les compteurs étant à chaque fois remis à zéro. Si l’ainée de la fratrie, Maxime Dufour-Lapointe, 24 ans, rate son deuxième passage en finale, finissant à la 12e place, Justine et Chloé continuent jusqu’au bout.

Dans le moment de vérité, alors qu’elles ne sont plus que six à se disputer le podium, Justine comme Chloé réussissent tour à tour à ne pas se désunir dans le parcours, à ne pas trop se faire « chahuter » sur les bosses, à garder de la vitesse et surtout à produire des sauts parfaits. Justine est la mieux notée (22.44, 74.80%), pour finalement devancer Chloé (21.66, 72.20%). Dernière à s’élancer et seule capable de déloger les soeurs Dufour-Lapointe des deux premières places la n°1 mondiale et championne olympique en titre américaine Hannah Kearney commet une faute en haut du parcours, ses skis se désunissent, et elle doit au final se contenter de la médaille de bronze (21.49, 71.63%).

« C'est complètement fou ce qui m'arrive, je suis comme dans un rêve, je ne réalise pas. Plus tard peut-être, je réaliserai que je suis maintenant une championne Olympique », dit Justine. « C'était ma journée. J'ai tout donné malgré la pression. Maxime a commencé le ski de bosses avant nous mais à un moment donné on s'est dit: « Nous aussi on veut faire ça. » On a grandi ensemble, on est allé aux Jeux Olympiques et on a réussi ensemble. On a écrit l’histoire. »

 

11 février : Dara Howell inaugure le palmarès du ski slopestyle

La Canadienne Dara Howell devient à 19 ans, la première championne olympique de ski slopestyle, une des douze nouvelles épreuves au programme des Jeux de Sotchi.

Howell signe tout d’abord le meilleur score des qualifications. Elle assomme ensuite la concurrence dès la première des deux manches de la finale avec un run magnifique qui lui vaut un score de 94.20 points pour devancer de près de dix points l'Américaine Devin Logan (argent, 85.40 points) et une autre Canadienne, Kim Lamarre (bronze, 85.00 points).

Ainsi, Dara Howell, dernière à s’élancer lors du deuxième run de la finale, et se sachant déjà sacrée, peut-elle descendre le parcours en totale décontraction. « Je ne pouvais pas être plus contente de moi après ce premier run », expliquera-t-elle « Je n'oublierai jamais ce moment où j'ai vu ce score et entendu la foule rugir ! »

 

14 février : une « Tsuper » performance en saut acrobatique !

Qualifiée en 12e et dernière position par la plus faible des marges pour la première partie de la finale (0.03 points d’avance sur la Chinoise N°2 mondiale Xin Zhang), première de cette finale à 12 avec 99.18 points, de nouveau limite dans celle à huit pour entrer dans la « super finale » à quatre, Alla Tsuper emporte la médaille d'or du saut acrobatique, grâce à un « back full-full-full » et une réception parfaitement exécutés lui valant un score de 98.01, à l'âge de 34 ans et à sa cinquième participation aux Jeux Olympiques.

Au départ de cette épreuve à Sotchi, Tsuper est loin de porter un costume de favorite : elle n'est revenue sur les tremplins que cette saison après une pause de deux ans pour fonder une famille, elle n’a encore jamais remporté de médaille en grands championnats, et sa dernière victoire en Coupe du monde remonte à janvier 2009, à Lake Placid (Etats-Unis).

« Lors de mes premiers Jeux à Nagano en 1998, je n'étais pas nerveuse du tout. Mais à chaque fois, ça devenait plus dur. Alors cette année, j'ai décidé de faire comme si ces Jeux de Sotchi étaient mes premiers et je n'étais pas du tout nerveuse », indique celle qui est devenue la plus âgée des médaillés olympiques de ski freestyle.

La Chinoise Xu Mengtao, championne du monde en titre, prend la médaille d'argent (83.50) à cause d'une main posée sur la neige à la réception de son saut. La 3e place revient à Lydia Lassila (72.12), médaillée d'or il y a quatre ans à Vancouver.

L’Australienne tente le saut le plus difficile du concours (pour la première fois de l’histoire un « back full-double-full-full ») mais ne réussit pas à se réceptionner correctement. Li Nina (4e), vice-championne olympique en 2010 et 2006, participe également à la dernière phase de la finale mais ne parvient pas à accrocher une troisième récompense olympique. La championne du monde 2009 et actuelle leader de la Coupe du monde chute à la réception de son saut final.

  

20 février : Maddie Bowman première championne olympique du halfpipe en ski

La Française Marie Martinod signe le meilleur score des qualifications mais ne réussit pas à supplanter en finale la jeune américaine Maddy Bowman, 20 ans, qui obtient les deux meilleurs scores de la finale et remporte le premier concours olympique de sa discipline.  

Bowman est déjà en tête (85,80 points) quand elle s’élance dans le demi-tube de neige en seconde manche et augmente son score (89,00 points) en exécutant notamment deux « 900 » (deux tours et demi) et « backwards 700 » avec lesquels aucune concurrente ne peut rivaliser. Notamment Marie Martinod (84,50 points), qui place un « McTwist » (rotation la tête en bas) et réussit un « 900 » à la fin de son 2e run.

La Suissesse Virginie Faivre, championne du monde en titre, se retrouve au pied du podium (4e), alors que la Japonaise Ayanna Onozuka fait une excellent deuxième run pour obtenir un score de 83.20 points et enlever la médaille de bronze.

« J'étais nerveuse avant la finale mais je me suis dit que si je pouvais le faire aux X Games, je pouvais le faire aux Jeux Olympiques. Une fois le premier run passé, la pression s'est envolée et j'ai tout donné » dit Maddy Bowman.

Marie Martinod, 29 ans, remporte l’argent sous les yeux de sa fille Mélirose, 5 ans. « Je voulais montrer à ma fille ce que ça faisait d'atteindre son but quand on s'en fixe un », explique-t-elle, « Il fallait qu'elle comprenne pourquoi je fais des abdos pendant qu'elle regarde les dessins animés. »

 

21 février : main basse des canadiennes sur le skicross dames

Marielle Thompson remporte la compétition de skicross dames devant sa compatriote Kelsey Serwa sur le parcours de Rosa Khutor. Les deux Canadiennes qui se sont échappées dès le départ de la finale à quatre, devancent à l’arrivée la Suédoise Anna Holmlund, alors que la Française Ophélie David ne termine pas la course.

 

Des qualifications à la finale, Marielle Thompson, 21 ans, se montre impériale, elle survole tous ses tours avec beaucoup d’aisance, dessinant des trajectoires impeccables et assurant parfaitement ses sauts. Ophélie David, 37 ans, est également très à l’aise jusqu’à sa demi-finale qu’elle termine derrière l’inarrêtable Marielle.

Anna Holmund avance vers la course décisive le en gagnant son 1/8ème de finale, puis en terminant 2e de son quart. En demi-finale, elle court avec Kelsey Serwa et la championne du monde en titre suisse Fanny Smith. Cette dernière se détache devant Holmlund, Serwa est 3e, au bord de l’élimination. Mais Smith chute… et la Canadienne se faufile en finale. « C’est ça le skicross. Tout peut arriver. Il ne faut rien lâcher jusqu’à la la ligne d’arrivée ! », expliquera la vice-championne olympique.

Dès le départ de la finale, les deux Canadiennes s’échappent. Thompson contrôle Serwa tandis que David cherche à les rattraper en 3e position. Mais la Française atterrit en déséquilibre à la réception d’un gros saut et chute. Thompson et Serwa arrivent en formation sur la ligne d’arrivée pour un doublé canadien, Holmlund se pare de bronze.

Marielle Thompson, sur le podium de pratiquement toutes les compétitions de skicross de la coupe du monde FIS cette saison, leader du classement, honore son statut de favorite et succède à sa compatriote Ashleigh McIvor, qui l’avait emporté à Vancouver en 2010.

« Je suis vraiment heureuse que notre équipe de ski freestyle ait eu autant de succès à Sotchi », se réjouit Marielle Thompson, constatant que le Canada a remporté neuf médailles dans cette discipline à Rosa Khutor. « Je suis vraiment, vraiment très excitée ! Et si contente de pouvoir partager ce moment avec Kelsey. C’est génial pour notre pays. Je suis si fière de ramener l’or au Canada… et qu’il reste au Canada ! ». 

 

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE