Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Ski de fond hommes : Dario Cologna chercheur d’or, formidable triplé russe en conclusion

Sotchi 2014

Options

Ski de fond hommes : Dario Cologna chercheur d’or, formidable triplé russe en conclusion

14/03/2014

Avant qu’Alexander Legkov et ses coéquipiers ne concluent en beauté les épreuves de neige des Jeux de Sotchi à quelques heures de la cérémonie de Clôture, le complexe Laura est le théâtre des exploits du Suisse Dario Cologna, double médaillé d’or, du sprinter norvégien Ola Vigen Hattestad, des relayeurs suédois, et d’une étonnante formation finlandaise.

9 février : Dario Cologna remporte le skiathlon et son 2e titre olympique !

Le Suisse Dario Cologna, blessé en début d'hiver, remporte le deuxième titre olympique de sa carrière en s'adjugeant le skiathlon (15km classique + 15km libre en ski de fond) dans le stade Laura. Il devance à l’arrivée le tenant du titre suédois Marcus Hellner et le Norvégien Johnsrud Sundby.

« C’est fabuleux ! C’est un rêve qui devient réalité » s’exclame Dario Cologna, dont la saison a été perturbée par une blessure à la cheville droite survenue lors d'un footing en novembre 2013. « C’est tellement spécial. J’avais déjà gagné en Coupe du Monde ici à Sotchi, et je voulais juste refaire la même chose. C’est vraiment spécial de gagner après ma blessure en novembre. Il y a quelques mois, je ne pensais vraiment pas pouvoir monter sur le podium. Je n’arrive pas à croire que j’ai remporté la première course de ski de fond ici ! ».

Dario Cologna, vainqueur du 15 km libre des Jeux de Vancouver 2010, s’impose au terme d'une course qui, comme souvent en skiathlon, se décante dans le dernier kilomètre, avec l'accélération du Suédois Marcus Hellner, seulement suivi par Dario Cologna, Johnsrud Sundby et le Russe Maxim Vylegzhanin. Mais dans la dernière bosse, Cologna réussit à prendre quelques mètres d'avance pour finalement les devancer tous d'un souffle sur la ligne d’arrivée. Hellner termine à 4/10e de seconde et Sundby à 1 seconde 4/10e. Le Norvégien prive au passage, et pour seulement un dixième de seconde, la Russie de sa première médaille dans ses Jeux, puisque Vylegzhanin termine finalement 4e.

 

11 février : Ola Vigen Hattestad champion olympique du sprint

Très rapide dès les qualifications et se jouant des pièges du parcours, le Norvégien Ola Vigen Hattestad domine magistralement l’épreuve de sprint hommes en style libre.

Le titre remporté par Hattestad est amplement mérité. D'abord, parce que chronométriquement parlant, c’est lui qui a signé dès les qualifications le meilleur temps de l'ensemble des concurrents. Ensuite, parce qu'il saura juguler la pression pour se sortir du tracé piégeux. La boucle d'1,8 km comporte ainsi un virage en descente que de nombreux concurrents ont du mal à négocier.

En finale, trois fondeurs perdent toute chance de victoire quand, déjà mis en difficulté par le rythme soutenu de Hattestad, le Norvégien Anders Gloeersen, le Russe Sergey Ustiugov et le Suédois Marcus Hellner goûtent collectivement à la neige. Ustiugov, plus malchanceux encore, casse un bâton dans l'épisode alors qu'il aurait pu repartir pour jouer le podium. Dès lors, Hattestad et le Suédois Teodor Peterson peuvent filer sans inquiétude se disputer la victoire que Peterson, trop juste, ne peut contester au Norvégien. Un autre suédois, Emil Jönsson, prend la 3e place à plus de 19 secondes.

 

14 février : en classique ou en libre, le maître du 15km s’appelle Dario Cologna

A ce stade des compétitions, Dario Cologna est l'homme fort des épreuves de ski de fond sur les pistes du complexe Laura. Seul au monde ou presque, possédant une avance exponentielle à chaque chrono intermédiaire, Cologna maltraite littéralement ses adversaires sur le 15 km en style classique, quatre ans après s’être imposé sur la même distance en style libre. Il se permet même de sprinter dans la dernière ligne droite face à Johan Olsson, parti 30 secondes avant lui ! A l’arrivée, le médaillé d’argent suédois est à 28.5 et son compatriote Daniel Richardsson remporte le bronze à 38.8.

« C'est incroyable. Je ne pouvais déjà pas croire à la première médaille d'or après ma blessure, et maintenant c'est la deuxième. C'était la course parfaite. Je savais que ça allait être dur et j'étais préparé pour ça », confie le Suisse, désormais triple champion olympique. Ayant manqué le début de saison en raison d’une blessure à la cheville, Cologna semble posséder une fraîcheur physique que ses adversaire n'ont pas, un avantage certain pour dompter un parcours exigeant rendu délicat par les températures clémentes. Comme chez les femmes la veille, certains concurrents n'ont pas hésité à revêtir des maillots sans manches pour la course.

 

16 février : la Suède intouchable dans le relais 4x10km

La Suède (Lars Nelson, Daniel Richardsson, Johan Olsson et Marcus Hellner) se montre impériale dans le relais messieurs 4x10km, au lendemain de son succès chez les femmes, un doublé jamais vu depuis 1972. « Remporter les deux relais, messieurs et dames, ça veut dire beaucoup pour nous, en Suède, le relais est prestigieux car c'est collectif. Notre équipe technique, les farteurs sont encore plus contents quand le relais est bon !», sourie Johan Olsson dont l'accélération au 3e relais, aura scellé le sort de la course.

Après avoir partagé la tête de la course avec les Français et les Finlandais lors des vingt premiers kilomètres, les Suédois se détachent dans le troisième relais grâce à Johan Olsson. Marcus Hellner, déjà deux fois champion olympique (skiathlon et relais 4x10 km) en 2010 à Vancouver, maintient ensuite la cadence pour permettre aux Scandinaves de conserver leur titre. Les Suédois ont seulement à gérer la remontée des Russes orchestrée par leur 3e relayeur Alexander Legkov. Mais Maxim Vylegzhanin, dernier relayeur, doit lutter jusqu'au bout contre les Français, étonnants 3e.

Au final, la Suède s'impose avec une avance de 27.3 sur la Russie (Alexander Bessmertnykh, Dimirty Japarov, Alexander Legkov, Maxim Vylegzhanin) et de 31.9 sur la France (Robin Duvillard, Jean-Marc Gaillard, Maurice Manificat, Ivan Perillat-Boiteux). Ces deux pays remportent pour la première fois une médaille en relais aux Jeux d’hiver. La course est marquée par la nouvelle contre-performance de la Norvège, 4e à 1:09.7

Cette victoire fait de Marcus Hellner un des plus grands skieurs de fond suédois de l’histoire avec trois médailles d’or. « Je suis vraiment très chanceux d’être celui qui a pu conclure, celui qui avait toute cette avance grâce à ses coéquipiers » s’exclame le champion de 28 ans, « C’est incroyable ». Quant à Johan Olsson, il explique : « II n’y a pas de secret. Juste beaucoup de travail. Nous avons fait de cette course la nôtre. Nous avons imprimé le rythme et nous étions les plus forts ».


19 février : la Finlande triomphe en sprint par équipes

Sami Jauhojärvi et Iivo Niskanen triomphent pour la Finlande à l’arrivée de la finale du sprint classique par équipes. Pour ce premier succès finnois aux Jeux d’hiver depuis 12 ans, ils devancent la Russie (Nikita Kriukov et Maxim Vylegzhanin) et la Suède (Emil Jönsson et Teodor Peterson).

Après avoir franchi la ligne d’arrivée la première, la Finlande doit ensuite attendre la décision du jury qui s'interroge sur un incident de course impliquant son dernier relayeur Sami Jauhojärvi. Il s’est produit au moment où, avec l'Allemand Tim Tscharnke et le Russe Nikita Kriukov, il s’apprêtait à lancer le sprint ultime pour la victoire. La trajectoire de Jauhojärvi a en effet croisé celle de l'Allemand qui n'a pu éviter la chute, gênant également au passage le Russe. Mais ce dernier a pu continuer alors que l’Allemagne n’a rien pu faire face au retour de la Suède et des autres équipes.

Jauhojaervi explique « Malheureusement Tim a légèrement croisé ma ligne, et il y a un eu un choc, je crois que c’était nos skis, et par malchance, il est tombé. Les Allemands ont lancé une protestation, mais le jury a décidé que tout s’était passé dans les règles. Je suis vraiment désolé pour l’Allemagne qu’elle n’ait pas pris la médaille ». A l’arrivée, le tandem finlandais l’emporte en 23:14.89, la Russie finit à un souffle (97/100e) pour améliorer ses résultats de 2006 et 2010, et la Suède prend le bronze à 15.12. L’après-midi est encore très décevante pour la Norvège et Petter Northug qui franchit la ligne d’arrivée en 4e position à 18.66. L’Allemagne achève la course à la 7e place.


23 février : Alexander Legkov mène un exceptionnel triplé russe sur 50km

La dernière épreuve sur la neige des Jeux de Sotchi, la course reine du 50km départ groupé en style libre, aboutit à un extraordinaire triplé russe devant le public du stade Laura. Alexander Legkov l’emporté au sprint devant Maxim Vylegzhanin, 2e, et Ilia Chernousov, 3e.

La course s’achève entre hommes forts, le trio russe accompagné du double médaillé d’or suisse des Jeux de Sotchi Dario Cologne et du Norvégien Martin Johnsrud Sundby, au moment de l’emballage final, à moins d’un kilomètre de l’arrivée. Mais Cologna casse un ski alors qu’Il se tenait en embuscade.

Accélérant en puissance, porté par une foule enthousiaste dans la ligne droite finale, Alexander Legkov passe la ligne d’arrivée le premier en 1h46:55.2 tandis que dans la même seconde, Maxim Vylegzhanin et Ilia Chernousov débordent Martin Johnsrud Sundby dans une ambiance indescriptible. Ilia Chernousov révèle que les Russes n’ont jamais pensé pouvoir réaliser un triplé durant la course, jusqu’à ce sprint acharné sur la ligne d’arrivée. « Nous avons tous essayé de gagner. Alexander était plus fort que nous ».

C’est un véritable couronnement pour Legkov, qui remporte sa première médaille individuelle, la plus belle à ses troisièmes Jeux, la plus prestigieuse aussi pour celui qui est depuis longtemps considéré comme le meilleur fondeur russe. « Avant la course, je tremblais, je me faisais beaucoup de soucis » explique Legkov. « J’étais envahi par plein d’émotions, mais je ne pouvais pas les exprimer. Cette victoire n’a pas de prix. Elle a plus de valeur que ma propre vie. Je ne peux pas expliquer ce que je ressens. Cela fait plus de 15 ans que j’essaye d’obtenir ce résultat ! ».


Photos de Sotchi 2014

À LA UNE