Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Ski de fond féminin : Marit Bjørgen au firmament, Justyna Kowalczyk seule non scandinave sacrée à Sotchi.

Sotchi 2014

Options

Ski de fond féminin : Marit Bjørgen au firmament, Justyna Kowalczyk seule non scandinave sacrée à Sotchi.

Ski de fond féminin : Marit Bjørgen au firmament, Justyna Kowalczyk seule non scandinave sacrée à Sotchi.
©Getty Images (6)

04/03/2014

Comme à Vancouver en 2010, ces Jeux sont surtout ceux de la Norvégienne Marit Bjørgen, qui avec trois nouvelles médailles d’or, porte son total olympique à six titres et dix médailles en tout pour devenir la sportive la plus décorée des Jeux Olympiques d’hiver. Les Suédoises brillent en relais, et la Polonaise Justyna Kowalczyk est la seule championne non scandinave à gagner un titre sur les pistes du complexe Laura.

8 février : Quatrième médaille d’or pour Marit Bjørgen !

Sur le podium inondé de soleil du stade Laura à Krasnaia Polyana, la Norvégienne Marit Bjørgen rayonne. Elle vient de commencer ses quatrièmes Jeux d’hiver de la même façon que quatre ans plus tôt à Vancouver : par une victoire. En février 2010, Bjørgen avait remporté trois titres et cinq médailles en tout, pour devenir l’athlète la plus médaillée des XXIe Jeux d’hiver. A Sotchi, la recordwoman des victoires en Coupe du Monde FIS (porté à 64 en cette saison olympique) célèbre sa quatrième médaille d’or à 33 ans au premier jour des compétitions !

Dans ce skiathlon olympique 2014 (7.5 km en style classique puis 7.5 km en style libre avec changement de skis en milieu de parcours), la fondeuse de Trondheim, double championne du monde en titre (2011, 2013) sur la distance, fait une nouvelle fois étalage de sa science de la course. Partie avec le dossard n°2, elle laisse le poids de l'épreuve sur les épaules d'une autre Norvégienne, Therese Johaug, leader du classement général de la Coupe du monde avant le départ.

Johaug mène le train pendant la majeure partie de la seconde moitié, avant d'être surprise par une attaque de la Suédoise Charlotte Kalla dans le dernier kilomètre, attaque à laquelle Bjørgen, qui était resté au chaud dans les spatules de Johaug, est donc la seule à pouvoir répondre. Il ne reste plus à Björgen qu’à déposer Kalla dans la ligne droite opposée à la ligne d'arrivée pour aller cueillir une nouvelle médaille d'or olympique. « Mon but, c’était de gagner un titre ici. Donc, maintenant, je peux me relaxer un peu. Je peux profiter à fond du reste de ces Jeux ! » s’exclame à chaud la désormais octuple médaillée olympique. Derrière Kalla médaillée d’argent, Johaug, est surprise dans le final par sa jeune coéquipière Heidi Weng, qui vient cueillir le bronze à 13 secondes et 2 centièmes de « Gull-Marit ».

 

11 février : Maiken Caspersen Falla reine du sprint

Dans la même journée la Norvégienne Maiken Caspersen Falla a fait la même chose que son compatriote Ola Vigen Hattestad chez les messieurs : elle est sacrée championne olympique du sprint en style libre. Comme Hattestad, elle signe le meilleur temps des qualifications, et comme lui, elle saura se jouer d’un tracé compliqué. La boucle d'1,3 km pour les femmes  comporte ainsi un virage en descente que de nombreuses concurrentes ont eu du mal à négocier.

Le finale se déroule sans la grande favorite et tenante du titre Marit Bjørgen qui chute dans la dernière ligne droite de sa demi-finale. Maiken Caspersen Falla se montre quant à elle intraitable pour, à 23 ans, s'offrir le premier grand titre de sa carrière, elle qui est considérée comme une excellente sprinteuse depuis plusieurs saisons. Sur la ligne d’arrivée, elle devance sa compatriote Ingvild Flugstad Østberg de 38/100e et la Slovène Vesna Vesna Fabjan de 40//100e. « C’est juste incroyable ! Je n’arrive pas à croire que je l’ai fait. J’en avais rêvé depuis que j’avais trois ans » révèle Maiken Caspersen Falla.

  

13 février : Justyna Kowalczyk mate les Scandinaves sur 10km classique !

Justyna Kowalczyk domine l’armada scandinave pour s’imposer dans des conditions printanières, sous un ciel bleu azur et un magnifique soleil, avec de nombreuses concurrentes courant les bras nus.

En tête à tous les chronos intermédiaires, avec déjà plus de 5 secondes d’avance sur sa plus proche poursuivante après 2,2km, augmentant progressivement le rythme pour creuser d’impressionnants écarts,  Kowalczyk s’impose au final avec un chrono de 28 minutes 17 secondes et 8/10e, devant la Suédoise Charlotte Kalla, médaille d’argent à 18:4 et la Norvégienne Therese Johaug en bronze à à 28:3. La Norvégienne Marit Bjørgen, favorite de l'épreuve avec Kowalczyk termine à la 5e place à 33:4  et n'a jamais été en mesure d'inquiéter sa grande rivale.

C’est un grand jour pour la plus grande championne polonaise de l’histoire en ski fond puisqu’elle n’avait jamais encore triomphé aux Jeux d’hiver ou dans les championnats du monde sur le 10 km classique, alors qu’elle en est pourtant la reine absolue depuis plusieurs saisons. Justyna est ainsi arrivée en Russie avec six victoires sur ce format de course sur les sept dernières épreuves de la Coupe du monde FIS.

Kowalczyk, qui souffre d'une triple micro-fracture à un pied depuis une course le mois dernier en Pologne, s'est donc bien remise de sa déception du skiathlon, où elle n'avait pu prendre que la 6e place. Arrivée volontairement aux Jeux sans connaître la nature exacte de sa blessure afin de ne pas perdre le moral, elle avait finalement fait des tests après la course de dimanche, puis publié en début de semaine une photo de sa radio du pied sur sa page Facebook.  « Je me soigne, et quand je cours, je ne ressens pas de douleur » explique-t-elle.

 

15 février :  sur le relais 4x5km dames, la Suède remercie Charlotte Kalla

Quand Charlotte Kalla passe la ligne d’arrivée, ses coéquipières Ida Ingemarsdotter, Emma Wiken et Anna Haag se jettent sur elle pour former une joyeuse mêlée sur fond de cris de joie. La meilleure skieuse de fond suédoise a réussi a retourner une situation qui paraissait bien compromise pour son équipe. 

Partie à 5km de l'arrivée avec 25 secondes 7/10e de retard sur la Finlandaise Krista Lahteenmaki, dernière relayeuse de son pays, et une vingtaine de secondes sur l'Allemande Denise Herrmann, Kalla effectue la jonction avec ses deux adversaires à 300 m de la ligne. Elle fait ensuite l'intérieur aux deux concurrentes dans le dernier virage, pour les laisser littéralement sur place dans la ligne droite finale, offrant la médaille d’or à son équipe

La Finlande (Anne Kylloenen, Aino-Kaisa Saarinen, Kertttu Niskanen et  Krista Lahteenmaki) finit en argent à 5/10e de seconde, et l’Allemagne (Nicole Fessel, Stefanie Boehler, Claudia Nystad et Denise Herrmann) en bronze à 9/10e.

Chalotte Kalla tient avant tout à rendre hommage à ses coéquipières. Anna Haag, première relayeuse suédoise ? « Elle a réussi à rester devant tout le groupe de concurrentes ». Emma Viken, qui a pris le relais de Haag ? « C’est une vraie guerrière ».  Kalla ajoute : « J’étais tellement motivée quand j’ai démarré mon tour de circuit ! J'ai vraiment été inspirée par mes camarades, c'est ma meilleure course de la saison. J'ai essayé faire du mieux que je pouvais et quand j'ai vu le dos de mes adversaires, j'ai voulu aller chercher l'or, c'était dingue de le faire. Je n’arrive pas à croire que nous sommes championnes olympiques ». 

 

19 février : Marit Bjørgen embellit son palmarès en sprint par équipes !

La Norvège (Marit Bjørgen, et Ingvild Østberg) remporte l’épreuve féminine de sprint par équipes devant la Finlande (Kerttu Niskanen et Aino-Kassa Saarinen) et la Suède (Ida Ingemarsdotter et Stina Nilsson).

La « reine Marit » et sa partenaire de 23 ans permettent surtout à leur équipe de relever la tête face à la Suède qui a brillé en ski de fond à Sotchi sans rencontrer les problèmes de fartage qui ont perturbé les Norvégiens, pour une fois absents des podiums dans les relais dames et messieurs.

« Nous avons eu des problèmes, mais nos techniciens ont travaillé très dur. Je suis très fière de toute l’équipe norvégienne. Nous avons la plus forte équipe de notre histoire. C'est peut-être ma dernière médaille olympique, et je suis heureuse de la décrocher avec Ingvild », commente « Gull Marit », comme elle est surnommée en Norvège (Marit en or).

Bjørgen et Østberg se montrent royales en finale, menant la course pratiquement d’un bout à l’autre : la plus jeune seconde parfaitement la doyenne. Marit a la joie de conclure tout sourire avec 9 secondes d’avance sur la relayeuse finlandaise Kerttu Niskanen et plus de 19 secondes sur la Suédoise Stina Nilsson.

  

22 février : Tout en haut, il y a Marit Bjørgen !

Comme à Vancouver en 2010, Marit Bjørgen est la reine du ski de fond aux Jeux de Sotchi. Elle s’impose à l’arrivée du 30km style libre devant Therese Johaug et Kristin Størmer Steira pour un triplé norvégien, le premier dans la discipline depuis les Jeux de 1992. Marit Bjørgen remporte son 3e titre à Sotchi, le 6e de sa carrière et sa 10e médaille en tout.

Il y avait la Soviétique Raisa Smetanina et l’Italienne Stefania Belmondo (10 médailles en ski de fond). Il y avait Lioubov Egorova en ski de fond et Lidia Skoblikova en patinage de vitesse, 6 médailles d’or avec l’équipe d’URSS. Il y a maintenant Marit Bjørgen qui cumule ces deux totaux pour s’installer au sommet des femmes les plus décorées aux Jeux Olympiques d’hiver ! Ce magnifique record ?  « Je n'y pensais pas, je pensais plutôt à chaque course. Cette année, je voulais vraiment avoir l'or sur le 30 km. Quand j'arrêterai de skier je penserai au nombre de médailles », explique « Gull-Marit »

Dans cette course, par une belle journée sur les pistes du complexe Laura, Marit Bjørgen n'aura finalement pas à puiser dans ses dernières réserves, emmenée comme dans un fauteuil par ses compatriotes Therese Johaug et Kristin Størmer Steira.

Les trois norvégiennes prennent en effet la poudre d'escampette à partir du 10e km, trop fortes pour un peloton dans lequel figure la tenante du titre Polonaise Justyna Kowalczyk. L'autre favorite de l'épreuve, qui avait battu Marit dans un final à couper le souffle sur 30km classique à Vancouver 2010, abandonne après le 12e kilomètre, souffrant encore de sa cheville blessée.

Le trio norvégien accélère constamment, augmentant son avance de cinq secondes par tranche de 5km pour aller se disputer la victoire plus d’une minute avant le reste des concurrentes. C’est Therese Johaug qui durcit la course dans le dernier kilomètre. Son accélération laisse sur place Kristin Størmer Steira mais Bjørgen prend sa roue.

Dans la petite montée précédant l’entrée dans le stade, Marit produit son effort et prend une bonne longueur d’avance sur sa cadette, leader de la coupe du monde FIS de ski de fond. Reste un passage en descente puis la ligne droite finale que la doyenne atteint avec un grand sourire, 2.6 avant Johaug. Størmer Steira arrive 23.6 après et se précipite dans les bras de ses trois coéquipières. La Finlandaise Kerttu Niskanen remporte le sprint pour la 4e place à 1:12.26 !


Photos de Sotchi 2014

À LA UNE