Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Ski alpin dames : de nouvelle pages d’histoire s’écrivent à Rosa Khutor

Sotchi 2014

Options

Ski alpin dames : de nouvelle pages d’histoire s’écrivent à Rosa Khutor

17/03/2014

Du titre partagé en descente par la Slovène Tina Maze et la Suissesse Dominique Gisin, à la victoire en slalom de l’Américaine Mikaela Shiffrin à 18 ans et 345 jours, les moments historiques ne manquent pas à Rosa Khutor, où Maze devient reine avec une 2e médaille d’or remportée en géant. L’Allemande Maria Höfl-Riesch conserve son titre en Super-Combiné, tandis que l’Autrichienne Anna Fenninger domine magistralement un Super-G très sélectif.

10 février : la troisième médaille d’or de Maria Höfl-Riesch

Maria Höfl Riesch surmonte un déficit de plus d’une seconde en descente, s’envole entre les piquets du slalom et conserve son titre du super-combiné, discipline dont elle est également championne du monde en titre. Derrière la désormais triple championne olympique, l’Autrichienne Nicole Hosp gagne une nouvelle médaille d’argent après le slalom en 2006, et l’Américaine Julia Mancuso monte sur son quatrième podium aux Jeux !

Le matin sur la piste de descente de Rosa Khutor, Julia Mancuso domine la descente.
L’Américaine, toujours présente dans les grands évènements, vice-championne olympique de la discipline en 2010, remarque : « La neige est plus molle qu'hier lors de l'entraînement, aussi est-il plus difficile de savoir ce que va être votre résultat. J'aime participer aux Jeux et j'ai emmagasiné pas mal d'énergie en regardant la descente masculine hier ! ». Mancuso devance alors la Suissesse Lara Gut de 47/100e, la Slovène Tina Maze de de 86/100e, l’Autrichienne Anna Fenninger de 99/100e et Maria Höfl Riesch de 1.04. L’Allemande ne s’est pas montrée à l’aise sur ce tracé de vitesse, et n’est pas mise en confiance par ce résultat partiel.

Mais tout va bien sûr changer dans le slalom. C’est l’Autrichienne Nicole Hosp qui plante la première banderille. 8e après la descente à 1.27 de Mancuso, elle trouve la vitesse et la fluidité entre les piquets et prend la tête du classement. Seule une aérienne Maria Höfl-Riesch, pourtant très nerveuse au départ, parvient à se libérer en se glissant avec finesse et précision entre les 59 portes du tracé pour la déloger de la première place. Anna Fenninger et Tina Maze, qui s’élancent ensuite, ne trouvent pas le bon rythme. Lara Gut sort du tracé. Enfin, Julia Mancuso s’élance, se bagarre, et parvient à accrocher la troisième place. Un très beau podium pour la première épreuve féminine de ski alpin à Rosa Khutor.

 
12 février : Dominique Gisin et Tina Maze, l’or à deux en descente !

Elles sont montées sur la première marche du podium avec un sourire rayonnant et en se tenant la main: La Suissesse Dominique Gisin et la Slovène Tina Maze sont toutes deux championnes olympiques de descente après avoir signé le même chrono au centième de seconde près (1:41.57) sur le tracé de vitesse de Rosa Khutor, Une première dans l’histoire des Jeux en ski alpin ! A seulement 10/100e, la Suissesse Lara Gut se pare de bronze.

Partie avec le dossard n°8, Dominique Gisin profite d’un beau soleil et d’une superbe maitrise sur le tracé glacé de 2700m pour prendre la tête de la course avec un chrono qui semble déjà lui assurer un podium, si ce n’est la victoire. Gisin n’a pas gagné en Coupe du monde depuis 2009 et s’est au mieux classée 7e en descente cet hiver. C’est son jour, elle se montre brillante sur l’exigeante piste de Rosa Khutor.

Mais c’est sans compter sur Tina Maze, la reine de la saison 2012-2013 dont le rythme avait baissé cette saison, avant qu’elle ne signe une victoire en descente à Cortina d’Ampezzo deux semaines avant la course olympique. La Slovène, dossard n°21, est en tête à tous les intermédiaires, mais perd un peu de temps dans la dernière courbe, avant de foncer sur la ligne d’arrivée pour stopper le chrono en 1:41.57. Le même que Gisin !

Maze est la première championne olympique de l’histoire de la Slovénie, tandis que Gisin rejoint Michaela Figini, gagnante de la descente à Sarajevo 1984, il y a 30 ans. Quand à Lara Gut, dossard N°15, considérée comme la principale chance suisse dans cette descente, elle finit à seulement 10/100e pour prendre la médaille de bronze. Sur le podium, elle vient se placer aux côtés des deux médaillées d’or pour une magnifique image de ces Jeux Olympiques d’hiver, trois championnes rayonnantes, heureuses de partager ce moment historique.


15 février : Anna Fenninger dompte un impitoyable Super-G

Tendre les trajectoires, oui, mais pas trop. Trouver la vitesse mais rester tactique pour ne pas se faire éjecter du tracé. Garder sa concentration jusqu’en bas.L’Autrichienne Anna Fenninger a réussi à le faire dans le Super-G disputé à Rosa Khutor. Elle devance l’Allemande Maria Höfl-Riesch, qui remporte sa 2e médaille à Sotchi et sa 4e en tout, et sa compatriote Nicole Hosp, elle aussi désormais doublé médaillée 2014 en ski alpin.

« On devait skier assez tactique et technique. Nos entraîneurs ont vraiment bien tracé. Ma fin de parcours n'était pas si bonne, mais le haut était excellent. Sur le milieu, il y avait encore possibilité d'aller plus vite, comme l'a montré Maria (Höfl-Riesch). C’est beaucoup d'émotions. J'ai eu du mal à apprécier la valeur de ma course, parce qu'il y avait encore du monde à partir. La tactique était très importante. Quand on a vu Maria, elle a mis plus de vitesse, mais elle a fait une erreur sur le bas qui lui coûte probablement la médaille d'or. Je n'ai pas eu des jours faciles après ma sortie en descente. Je n’étais pas nerveuse. Je me suis juste concentrée sur la course. » Anna Fenninger, nouvelle championne olympique du Super-G, a tout dit. Elle sort gagnante d’une course marquée par de nombreux abandons sur un tracé truffé de pièges, pour confortablement devancer Höfl-Riesch de 55/100e et Nicole Hosp de 66/100e.

 

Sur le parcours dessiné par son entraîneur, qui provoque la sortie de piste de huit des onze premières concurrentes à s’élancer (parmi lesquelles la co-championne olympique de descente suisse Dominique Gisin), Fenninger, 24 ans, fait valoir ses qualités de géantiste. Polyvalente et championne du monde de super-combiné en 2011, elle exprime pleinement sa technique.

La Salzbourgeoise avait chuté en descente, alors qu'elle avait réalisé de bons chronos intermédiaires sur la partie haute, ce qui lui avait laissé « une grande amertume ». Trois jours plus tard, rayonnante de bonheur, elle explique : « Il y a un fort niveau d’adrénaline en Super-G, est c’est ce que j’aime, j’aime aller vite. C’est le plus beau jour de ma vie. Ça a été mon rêve depuis si longtemps, et aujourd’hui, il devient réalité. C’est mon jour ! »


18 février : La reine Tina Maze coiffe une deuxième couronne

La Slovène Tina Maze remporte une quatrième médaille olympique et son deuxième titre à Sotchi après la descente, en triomphant pour 7 centièmes de seconde devant l’Autrichienne Anna Fenninger à l’arrivée de la 2e manche du géant dames à Rosa Khutor. Derrière les deux médaillées d’or des Jeux de Sotchi, la tenante du titre Allemande Viktoria Rebensburg parvient à s’emparer de la médaille de bronze.

« J'avais mis l'accent cette saison sur les Jeux Olympiques, car il était difficile pour moi de garder le même rythme que la saison dernière en Coupe du monde. Je savais que j'allais montrer mon meilleur niveau ici, c'est super! », s’exclame Tina Maze, la reine du ski alpin à Rosa Khutor. Plutôt discrète cet hiver après avoir tout emporté sur son passage l’année précédente (établissant un record historique de 2414 points au classement général de la Coupe du monde FIS), la championne Slovène remporte sa deuxième médaille d’or à Sotchi, après avoir partagé le titre en descente avec la Suissesse Dominique Gisin six jours plus tôt.

Tina Maze s'adapte à tous les temps : elle avait gagné en descente sous le soleil, elle le fait dans des conditions météo délicates, ce mardi. Partie avec le dossard N°1 en première manche, très fluide, elle se poste en tête avec 52/100e d’avance sur la Suédoise Jessica Lindell-Vikarby et 65/100e sur l’Italienne Nadia Fanchini. Anna Fenninger est 4e à 85/100e et Viktoria Rebensburg, 6e à 1.57.

En 2e manche, c’est la tenante du titre qui signe le meilleur chrono. Viktoria Rebensburg s’installe ainsi provisoirement en tête. Mais la championne olympique du Super-G Anna Fenninger a réussi à réaliser elle aussi un très bon parcours pour la devancer de 20/100e sur la ligne d’arrivée. Enfin, Tina Maze voit fondre son avance en dévalant entre les 54 portes du second tracé, long de 1365m. Mais elle conserve suffisamment de vitesse sur le bas pour l’emporter de seulement 7/100e. Nadia Fanchini termine 4e à 10/100e du podium. L’adolescente américaine Mikaela Schiffrin, favorite du slalom, prend une belle 5e place 12/100e derrière.


21 février : Mikaela Shiffrin comme une grande !

L’extraordinaire Mikaela Shiffrin remporte avec cran le slalom, en devenant la plus jeune championne olympique de ski alpin de l’histoire à 18 ans et 345 jours ! Dans cette course historique, l’Autrichienne Marlies Schild prend l’argent et devient la première athlète à gagner trois médailles dans trois slaloms olympiques successifs. Sa compatriote Kathrin Zettlel enlève le bronze.

Avec insolence, tonicité, précision, vitesse, légèreté, Michaela Shiffrin creuse le trou dès la première manche, reléguant l'Allemande Maria Höfl-Riesch tenante du titre, à 49/100e et la double championne olympique slovène Tina Maze à 67/100e. Il y a bien une Schild en 4e position en bas de ce premier tracé, mais c’est Bernadette, à 79/100e. Sa grande soeur Marlies est 7e à 1.34, juste devant sa compatriote Kathrin Zettel, à 1.38.

Entre les deux manches, la « teenager » du Colorado affiche sa décontraction en discutant à droite à gauche, et en signant des autographes par dizaines. Le mot pression ne fait pas partie de son vocabulaire.

En 2e manche, Marlies Schild se libère totalement et parvient à trouver beaucoup plus de vitesse pour signer le meilleur chrono (51.11) que personne n’améliorera et qui lui permet de prendre la tête de la course. Kathrin Zettel s’était mise sur le même mode, excellente elle aussi pour se retrouver à 29/100e de sa compatriote. Marlies Schild tressaille quand elle voit sa petite soeur Bernadette sortir du tracé. Maria Höfl-Riesch rétrograde derrière les deux autrichiennes, Tina Maze également.

Mikaela Shiffrin, elle, ne doute de rien. « J'étais un peu nerveuse, mais j'étais aussi excitée, je voulais vraiment m'élancer ! Quand le starter est venu me chercher, je voulais juste qu'il me laisse partir. Je lui ai demandé : « Est-ce que c'est vraiment deux minutes ça? » parce que j'avais l'impression que c'était huit minutes ! ». Quand elle est enfin lâchée, Mikaela repart dans son rodéo entre les piquets et se montre capable de surmonter une grosse faute au milieu de son parcours pour se relancer sans se désunir et retrouver immédiatement tout ce qui fait d’elle la meilleure slalomeuse au monde. Elle s’impose finalement avec une demi-seconde (53/100e) d’avance sur Marlies Schild et 81/100e sur Kathrin Zettel.

Marlies Schild, qui devient la première slalomeuse à monter sur le podium dans trois Jeux d’hiver successifs après le bronze à Turin en 2006, et l’argent à Vancouver en 2010, est admirative : « Mikaela, il faut le dire, skie de façon sensationnelle, et elle est très rapide ». Maria Höfl-Riesch, qui lui cède son titre, l’est tout autant : « C'est réellement impressionnant d'avoir déjà tout gagné, à seulement 18 ans. C'est la meilleure slalomeuse du monde, elle mérite amplement ce titre. Quant à moi, une quatrième place, c'est juste dommage pour ma dernière course »

« C'est à coup sûr un rêve qui est devenu réalité. Je suis tellement heureuse d'être dans cette position, et je ne pourrais pas être plus contente que d'être sur le podium avec Marlies et Kathrin » dit pour sa part la nouvelle championne olympique.


Photos de Sotchi 2014

À LA UNE