Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > On n’arrête plus Gabriela Soukalova cet hiver

SOTCHI 2014

Options

On n’arrête plus Gabriela Soukalova cet hiver

On n’arrête plus Gabriela Soukalova cet hiver
©Getty Images

07/02/2014

On n’arrête plus la biathlète et chanteuse tchèque Gabriela Soukalova cet hiver. Elle arrivera à Sotchi auréolée d’une saison menée à un rythme olympique sur les épreuves de la Coupe du monde de l'IBU. 

Parcourir la dernière ligne droite d’une épreuve de biathlon avec un sourire éclatant, drapeau de la République tchèque en main, Gabriela Soukalova a pris l’habitude de le faire cet hiver. Les week-ends de courses en Coupe du monde de l'IBU se sont succédés à l’approche des Jeux de Sotchi et la championne de Jablonec nad Nisou a fait la course en tête, multipliant les podiums et les vic-toires vêtue du dossard jaune de leader du classement général, et s’étant d’ores et déjà assurée le petit globe de cristal en individuel. « C’est incroyable ! Ce n’est pas la réalité ! » s’est exclamée Gabriela très précise au tir, tout en fluidité sur les skis, en pensant à son début d’hiver 2013-2014. Et pourtant… « Je pensais que la saison allait être difficile. J’avais un peu peur, car on sait qui je suis désormais. L’an dernier, personne ne me connaissait ». C’est en effet en toute fin de saison 2012-2013, mi-mars à Khanty Mansiysk (Russie), qu’elle a éclaté au plus haut niveau international en remportant les trois épreuves au programme : le sprint, la poursuite et la course départ en ligne !

Championne et chanteuse !

Pour fêter cette entrée fracassante parmi les meilleures biathlètes mondiales, Gabriela Soukalova avait offert aux observateurs une démonstration de son autre talent : celui d’une chanteuse à la voix pure, cristalline, d’une formidable justesse, en entonnant au micro « Summertime » de George Gershwin devant des médias éblouis, assise entre ses dauphines Andrea Henkel et Miriam Gössner lors de la conférence de presse suivant sa victoire dans le sprint en Sibérie. Elle avait également ravi le public des Mondiaux de Nove Mesto lorsqu’elle avait chanté « Don’t speak » de No Doubt face aux tribunes. Elle est également la chanteuse d’un groupe informel de biathlètes, le « Bond Biathlon Band » qui a enregistré le titre « For Your Eyes Only » pour un très sympathique petit film parodique tourné par les athlètes et intitulé « The Spy Who Loved Biathlon ».

Sur les traces de sa maman Gabriela

« Je n’aurais jamais cru que je pourrais atteindre ce niveau », raconte-t-elle, « Quand j’étais petite, j’étais plutôt paresseuse, j’aimais dessiner, peindre, monter à cheval et je ne m’intéressais pas trop au sport. Je m’y suis mise… à cause de mes parents ! Et ensuite, pour le plaisir, pour moi ».

Gabriela Soukalova est la fille de Gabriela Svobodova qui fut une skieuse de fond médaillée d’argent en relais à Sarajevo en 1984. « Mon principal souvenir des JO, c’est d’avoir regardé le ski de fond. Ma mère a été très importante pour mon parcours. Petits, nous faisions des courses, nous avions sa médaille au milieu du salon. Aujourd’hui, elle me dit qu’elle se détourne quand je suis sur le pas de tir. Parce que ça la rend très nerveuse. Bien plus que moi en fait ! ». Ses parents Gabriela et Karel Soukal sont aussi ses entraîneurs. Elle explique pour sa part avoir été inspirée par la championne allemande Magdalena Neuner lorsqu’elle a choisi son sport. 

Sur sa lancée actuelle, Gabriela Soukolova  devient une très sérieuse prétendante aux honneurs dans les six épreuves au programme des Jeux de Sotchi. Mais elle prévient : « Il faut faire attention avec le biathlon. Des fois, on est tout en haut… et on peut très vite se retrouver tout en bas ». À 24 ans, elle sait trouver les bonnes solutions tactiques, comme penser  en pleine course à tirer parfaitement si elle ne se sent pas bien sur les skis ou comme oublier qu’elle porte le dossard jaune pour évacuer la pression. Son hiver si bien commencé pourrait trouver un point d’orgue du côté du Stade Laura dans la vallée de Krasnaya Polyana, où elle est en mesure de succéder à sa mère sur les podiums olympiques, 30 ans après…


Photos de Sotchi 2014

À LA UNE