Accueil > Actualités > Los Angeles 1984 Actualités > Masala décroche in extremis l’or du pentathlon moderne

Los Angeles 1984

Options

Masala décroche in extremis l’or du pentathlon moderne

Daniele Masala - Moderne pentathlon

01/08/1984

Lorsque les organisateurs du pentathlon moderne olympique modifièrent le format de l’épreuve pour les Jeux de 1984 à Los Angeles, ils ne pouvaient guère imaginer que cela allait déboucher sur une finale aussi riche en suspense.

Avec le recul, ce changement était tout à fait logique. Il s’agissait de faire partir les concurrents de la dernière épreuve de manière échelonnée, dans l’ordre de leur total de points, afin que le premier homme à franchir la ligne d’arrivée de l’ultime épreuve, une course de 4 km harassante, soit le vainqueur final.

La bataille pour l’or s’étendit sur quatre jours et fut principalement disputée par l’Italien Daniele Masala et le Suédois Svante Rasmuson.

Masala devint premier ex aequo à la faveur d’un parcours initial d’équitation impressionnant, mais il fut rejoint dans l’épreuve suivante par le Suédois qui accumula un formidable total en escrime.

L’Italien, qui avait terminé au pied du podium huit ans plus tôt à Montréal, enregistra ensuite une victoire convaincante en nombre de points en natation, aux dépens de son rival suédois. Tout allait donc se jouer lors des épreuves de la dernière journée.

Rasmuson s’imposa de peu lors du tournoi de tir de la matinée, mais c’est Masala, fort de ses huit secondes d’avance, qui s’élança le premier l’après-midi dans l’ultime course de 4 km.

En matière de pentathlon moderne, un tel écart peut être comblé en un rien de temps. En fait la victoire sourirait au concurrent ayant le plus de réserves en énergie et de déterminaion sous le soleil écrasant de Los Angeles.

Rasmuson grignota ainsi l’avance de Masala et à 150m de l’arrivée, le Suédois prit un avantage court mais relativement convaincant.

Malheureusement, en trébuchant sur le sol sablonneux qui avait accueilli l’épreuve d’équitation inaugurale trois jours plus tôt, Rasmuson perdit son rythme et faillit chuter, permettant à Masala, radieux, de le dépasser au grand galop et de s’assurer l’or.

Rasmuson se reprit toutefois et franchit la ligne en seconde position, étant ainsi le premier à féliciter Masala tout à sa joie.

Derrière eux, la bataille pour le bronze dura jusqu’au bout, et c’est un autre Italien, Carlo Massullo, qui devança le Britannique Richard Phelps pour obtenir la médaille de bronze et avec elle, le titre olympique par équipes.

Massullo allait faire mieux quatre ans plus tard en remportant la médaille d’argent individuelle à Séoul. Si Masala ne terminait que dixième, l’Italie décrochait néanmoins l’argent par équipes derrière la Hongrie.

À LA UNE