Accueil > Actualités > Héritage > Les Jeux Olympiques d’hiver ont « totalement changé » l’image de Turin

Héritage olympique

Options

Les Jeux Olympiques d’hiver ont « totalement changé » l’image de Turin

Olympic Winter Games “totally changed” image of Turin
©Getty Images (2)

30/01/2014

Les Jeux Olympiques d’hiver de 2006 ont « totalement changé » l’image de Turin et déclenché la venue des touristes, selon Roberto Daneo, l’ancien directeur des relations avec les autorités au comité d’organisation de Turin 2006.

Avant 2006, Turin était largement considérée comme un centre industriel, plutôt que comme une destination touristique, mais le succès des Jeux Olympiques d’hiver en 2006 a modifié cette perception. L’amélioration des infrastructures, comme les liaisons routières et ferroviaires ainsi que l’agrandissement de l’aéroport ont permis à Turin de s’établir comme centre de tourisme et d’affaires

« Dès le départ, nous nous sommes concentrés sur le type de legs que nous souhaitions laisser à la ville et à l’ensemble de la région, » indique Daneo. « Il y avait les legs tangibles, comme l’amélioration des infrastructures, les routes, les villages olympiques et les équipements sportifs et puis il y avait les legs intangibles comme le tourisme et l’image de la ville et l’éducation.»

Daneo précise qu’avant les Jeux à Turin en 2006, Turin restait dans l’ombre des autres grandes villes d’Italie.

« Jusqu’au jour où nous avons remporté la candidature à l’organisation des Jeux il y a quinze ans, Turin n’était pas perçue comme une destination touristique en Italie, » explique-t-il. « Nombre d’autres villes sont beaucoup plus célèbres comme Rome, Venise, Florence ou Milan, qui attirent davantage de touristes que Turin considérée alors comme une ville industrielle.

« Les choses ont changé après les Jeux. Turin est désormais la quatrième ville la plus visitée d’Italie et dans certains cas, comme la période de Noël, elle est même la plus populaire après Rome. »

De fait, le nombre de visiteurs a augmenté dans toute la région du Piémont immédiatement après les Jeux, passant de 3,3 millions en 2006 à 4,3 millions en 2012.

« Le nombre d’arrivées de touristes a crû de manière consistante de 2006 à 2012 avec un tiers de visiteurs supplémentaire en seulement six ans, » précise Daneo. « Ceci est intervenu en période économique difficile pour l’ensemble de l’Europe, avec un impact important pour le tourisme en général, et c’est donc d’autant plus remarquable. »

Selon Daneo, Turin a pu se servir du coup de projecteur sur la ville durant les Jeux pour exposer la richesse de son patrimoine culturel et ainsi combattre son image industrielle.

« L’image de Turin a totalement changé à partir des Jeux et notamment en Italie » estime –t-il. « Turin n’était pas vue comme une ville culturelle en dépit de son riche patrimoine culturel et de ses splendides édifices baroques qui sont l’essence architecturale de la cité. Je crois qu’elle est désormais reconnue comme une ville attractive, ce qui n’était pas le cas encore récemment. »

Daneo ne doute pas que le nouveau statut de Turin comme destination touristique est directement attribuable au succès des Jeux Olympiques d’hiver de 2006.

« Avant les Jeux, personne n’aurait envisagé de venir passer un week-end de loisirs à Turin. À présent, les choses ont bien changé, » dit-il.

Tandis que Sotchi se prépare à accueillir les Jeux Olympiques d’hiver de 2014, la station populaire russe tient, elle aussi, à suivre l’exemple de Turin, et à utiliser le coup de projecteur et l’amélioration de ses infrastructures pour s’établir comme destination touristique ouverte toute l’année.

 

 

À LA UNE