Accueil > Actualités > Montreal 1976 > Le courage de Fujimoto offre au Japon un cinquième sacre consécutif - Gymnastique

Montreal 1976

Options

Le courage de Fujimoto offre au Japon un cinquième sacre consécutif - Gymnastique

Le courage de Fujimoto offre au Japon un cinquième sacre consécutif - Gymnastique
©IOC

20/07/1976

La compétition masculine de gymnastique des Jeux Olympiques de 1976 à Montréal a été dominée par les Russes et les multiples champions japonais.

L’équipe du Japon se présente au Forum de Montréal en tant que favorite, puisqu’elle a obtenu les trois précédentes médailles d’or olympiques, ainsi que les titres par équipes des championnats du monde de 1970 en Yougoslavie et de 1974 en Bulgarie.

Avec des ténors tels que Mitsuo Tsukahara dans ses rangs, le Japon a bâti une formidable dynastie dans les années soixante et soixante-dix, mais l'Union Soviétique n’a qu’une idée en tête : le faire tomber de son piédestal.

Les Soviétiques ont obtenu la médaille de bronze lors de toutes ces campagnes glorieuses et, avec la présence de Nikolai Andrianov, lauréat du concours général, ils croient fort au succès.

C’est toutefois un acte de bravoure et de courage face à des douleurs atroces qui vont finalement permettre à l‘équipe japonaise de sortir la tête de l’eau.

Dès la première épreuve, le sol, le Japonais Shun Fujimoto chute malencontreusement et se casse la rotule droite. Mais il sort du praticable comme si de rien n'était en cachant sa douleur, afin que ses adversaires ne perçoivent aucun signe de faiblesse.

De manière surprenante, il marquera encore des points au cheval d’arçon et surtout aux anneaux, avant de quitter le concours.

Son passage aux anneaux fait d’ailleurs peine à voir. Il sait qu'il va devoir terminer son programme par une sortie en double saut périlleux avec vrille, et la douleur supposée qui s’ensuivra a de quoi le tourmenter.

Sa réception est cependant superbe, bien que prudente. Il quitte alors le podium en boitillant et va manquer le reste de la compétition.

Le concours est extrêmement serré et va connaître son épilogue sous la forme d’un passage brillant de Mitsuo Tsukahara à la barre fixe, qui va garantir une nouvelle couronne olympique au Japon et condamner l’Union Soviétique à être sa dauphine pour la cinquième fois de suite. Seuls quatre dixièmes de point séparent les deux équipes.

Pour finir, l’héroïque Fujimoto parviendra à se lever une fois de plus pour se hisser sur le podium et recevoir les applaudissements du public canadien admiratif.

Montreal 1976

À LA UNE