Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Le champion de half-pipe en ski James Machon espère être sur le podium à Sotchi

Sotchi 2014

Options

Le champion de half-pipe en ski James Machon espère être sur le podium à Sotchi

James Machon
©Getty Images

29/11/2013

Le champion britannique de half-pipe en ski espère que la bourse de la Solidarité Olympique l’aidera à se propulser sur le podium à l’occasion des débuts de sa discipline aux Jeux d’hiver, à Sotchi en 2014.

Comment avez-vous débuté le half-pipe en ski?

J’ai appris les figures de base sur un half-pipe en dur, au Ski Village de Sheffield, au Royaume-Uni, en 2004. À l’époque, c’était le seul au monde et il n’était qu’à 20 minutes de chez moi, alors j’y allais après l’école. Les murs étaient hauts de 3,50 m alors que ceux en neige font 6,70 m. En 2006, je suis allé aux Championnats britanniques à Laax, en Suisse, et j’ai concouru dans toutes les épreuves de style libre. C’était la première fois que je skiais sur un vrai half-pipe en neige et cela m’a plutôt impressionné. Mais j’ai adoré et depuis je suis totalement accro!

Quand avez-vous compris que vous pouviez concourir en haut niveau?

Je m’entraînais en amateur au half-pipe de Copper Mountain, aux États-Unis, où les professionnels étaient nombreux. J’y ai tenté mon premier 900 [une pirouette arrière avec deux rotations et demie]. J’étais terrifié mais je me suis bien réceptionné. Sur le moment, cela ne m’a pas percuté mais par la suite, des professionnels m’ont confié qu’ils avaient mis des années à maîtriser cette figure. Apprendre de nouvelles figures m’est toujours venu naturellement et c’est ce qui fait que j’ai confiance en moi et que je me suis mis à la compétition de haut niveau.

Quel est votre plus grand résultat sportif?

Ma place dans les 15 premiers au classement mondial de l’AFP, [l’Association des professionnels du ski acrobatique] en début de saison de qualification olympique. J’ai aussi gagné les Championnats britanniques de half-pipe pour la quatrième fois consécutive, ce que personne n’avait jamais réussi.

Comment voyez-vous Sotchi 2014?

Ce serait incroyable d’y participer, surtout après le succès de Londres 2012. Aussi, ces Jeux seront les premiers à avoir des épreuves de half-pipe en ski. Je ne peux rien imaginer de mieux.

Qui a eu la plus grande influence sur votre carrière et pourquoi?

Avant la création de l’équipe britannique de ski acrobatique, je me suis entraîné longtemps avec Elana Chase, entraîneur de renommée mondiale. Ses conseils ont eu une immense influence sur mon niveau de half-pipe en ski. Cela a représenté un tournant dans ma carrière de ski.

Comment la Solidarité Olympique vous a-t-elle aidé?

Elle m’a vraiment aidé cette année grâce à l’apport financier. Avant, je devais travailler l’été pour pouvoir skier l’hiver. La bourse de la Solidarité m’a permis de me concentrer à 100 % sur l’entraînement toute l’année, ce qui est indispensable en haut niveau. Je suis très reconnaissant de ce soutien qui a fait une différence considérable pour ma carrière.

À quoi ressemble une semaine typique d’entraînement?

Chaque semaine, je retrouve un kiné et un préparateur physique. Je vais aussi à la salle de gym presque tous les jours. Actuellement, je suis en rééducation suite à une blessure au genou et je m’efforce de rendre mon corps le plus fort possible en vue de ma qualification olympique. Jongler entre le ski, le trampoline, le travail de la condition physique, et conjurer les blessures, cela équivaut à un emploi à plein temps! Mais les meilleures semaines sont quand je suis sur la neige.  

Que faites-vous avant les compétitions?

Je farte toujours mes skis moi-même et porte mes chaussettes de ski les plus neuves. J’ai une routine d’échauffement puis j’effectue quelques figures. En attendant mon tour, j’écoute de la musique et visualise ma descente. Quand vient mon tour, je mets ma musique de compétition – un morceau de hip hop sur lequel je concours toujours car il me met dans la condition voulue.

Qui sont vos héros sportifs?

Jessica Ennis, championne olympique d’heptathlon à Londres 2012. C’est le modèle parfait et une grande héroïne sportive qui vient aussi de chez moi, Sheffield. Ses prouesses en athlétisme me motivent pour atteindre mes propres objectifs à Sotchi 2014 et après.

Utilisez-vous les réseaux sociaux?

Oui, surtout Twitter et Instagram. Je veux partager les lieux magnifiques que je vois en skiant. Les réseaux, c’est l’idéal pour montrer le ski acrobatique à tous. J’espère que mes performances en ski inciteront les autres à croire en leurs rêves.

Voulez-vous en savoir plus sur Ski Half-pipe?
Kevin Rolland vous dit tout à ce sujet dans la vidéo suivante:

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE