Accueil > Actualités > Médias CIO > La lutte fête son maintien au programme olympique

Actualités Olympiques

Options

La lutte fête son maintien au programme olympique

08/09/2013

Les délégués de la Fédération Internationale des Luttes Associées (FILA) et les athlètes présents à Buenos Aires pour représenter leur sport devant la 125e Session du CIO ont accueilli avec joie l'admission aujourd'hui de la lutte comme sport additionnel au programme olympique des Jeux d'été de 2020 et 2024. Les deux autres sports en lice étaient le baseball/softball et le squash.

S'adressant aux membres du CIO, le président de la FILA, Nenad Lalovic, a déclaré : "Ce vote est pour nous la preuve que les mesures que nous avons prises pour améliorer notre sport ont porté leurs fruits. Soyez certains que notre modernisation ne s'arrêtera pas là. Nous ferons tout pour être le meilleur partenaire possible du Mouvement olympique."

La lutte fait partie du noyau de sports principaux jusqu'aux Jeux de 2016 à Rio, mais elle ne figurait pas dans la proposition de la commission exécutive pour les sports principaux à inclure au programme olympique de 2020, lesquels ont été arrêtés par la Session avant le choix du sport additionnel.

Au cours des derniers mois, la lutte a subi de profondes transformations, parmi lesquelles l'adoption de nouvelles règles et une meilleure présentation de son sport afin de séduire davantage de spectateurs et un public plus jeune. La FILA a également amélioré sa gouvernance en accueillant un plus grand nombre d'athlètes et de femmes dans ses instances décisionnaires et en augmentant le nombre de ses commissions. S'exprimant à propos des changements introduits par la FILA, Nenad Lalovic a confié : "Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir. Nous avons changé notre sport, nous avons changé notre fédération et nous avons préparé une bonne présentation. La lutte n'est pas un nouveau sport, mais la lutte que nous présentons aujourd'hui est une lutte nouvelle."

Le Canadien Daniel Igali, champion olympique aux Jeux Olympiques de 2000 à Sydney et membre de la délégation présente à Buenos Aires, a indiqué pour sa part : "La lutte m'a transformé et elle est maintenant en train de se transformer." Affirmant que les jeunes porteraient un intérêt moindre à la lutte si elle n'était plus au programme olympique, Daniel Igali a ajouté : "Je n'aurais pas eu cette même passion enthousiaste pour la lutte sans les Jeux Olympiques. Nous allons créer un meilleur sport pour les enfants."

Les meilleures photos de Sotchi 2014

À LA UNE