Accueil > Actualités > Médias CIO > La commission médicale du CIO donne un nouvel éclairage sur la triade de la femme athlète

Actualités Olympiques

Options

La commission médicale du CIO donne un nouvel éclairage sur la triade de la femme athlète

IOC Medical Commission to reveal new insights into the Female Athlete Triad
©IOC / Stephen Munday

17/01/2014

Un groupe d’experts de haut niveau a étudié récemment la littérature scientifique relative au syndrome de la triade de la femme athlète, un phénomène qui nuit à la santé et aux performances des athlètes, et a recommandé des modèles cliniques pratiques pour la gestion des soins de santé des athlètes concernés.

Sous la direction de la commission médicale du CIO et de son président, Arne Ljungqvist, le groupe a établi un tout nouveau “modèle pour l’évaluation des risques dans le sport et le retour à la compétition”, lequel répartit le syndrome en trois catégories de risques, du moins élevé au plus élevé, et traduit ces classifications en recommandations pratiques qui vont de “pas de participation” à “participation complète” pour les athlètes qui concourent. Autre caractéristique unique de la déclaration de consensus : un examen de la littérature scientifique sur ce syndrome lorsqu’il s’agit d’athlètes masculins, d’athlètes qui ne sont pas de type caucasien et d’athlètes souffrant d’un handicap.

Au-delà de la triade de la femme athlète : une carence énergétique relative dans le sport
Après un examen approfondi des dernières données scientifiques disponibles, les experts ont décidé de renommer le syndrome dit de la “triade de la femme athlète” en “carence énergétique relative dans le sport", pour définir de manière plus complète un syndrome plus vaste, soulignant ainsi la complexité de ce problème et le fait que des athlètes masculins sont également touchés.

Explication
Les données scientifiques montrent que la cause de la triade est une carence énergétique qui rompt l’équilibre entre l’apport énergétique alimentaire et la dépense énergétique nécessaires à la santé, aux activités de la vie quotidienne, à la croissance et à la pratique d’un sport. Il est aussi évident que le phénomène clinique n’est plus seulement une "triade", c’est-à-dire une combinaison de trois éléments que sont la disponibilité en énergie, la fonction menstruelle et la santé osseuse, mais plutôt un syndrome qui touche de nombreux aspects de la fonction physiologique, dont le taux métabolique, la fonction menstruelle, la santé osseuse, le système immunitaire, la synthèse des protéines ainsi que la santé cardiovasculaire et psychologique.

La santé des athlètes, une priorité

Le président de la commission médicale du CIO, Arne Ljunqvist, a déclaré : “La carence énergétique relative dans le sport concerne un nombre certain d’athlètes dans différents sports et je me félicite que nous ayons pris la décision de réunir d’éminents experts dans ce domaine afin d’actualiser et d’approfondir notre étude des données scientifiques relatives à ce syndrome. Nous avons mis à profit les nouvelles données afin d’élaborer des outils utiles pour aider les athlètes concernés ainsi que leur entourage et, plus important encore, pour prévenir autant que possible ce syndrome.”

Claudia Bokel, présidente de la commission des athlètes du CIO, a indiqué pour sa part : “Cette déclaration de consensus montre une fois de plus que la protection de la santé des athlètes est une préoccupation essentielle pour le CIO et sa commission médicale. Ces conclusions profitent non seulement directement à tous les athlètes concernés, mais elles contribuent aussi à briser les tabous et à mieux faire connaître des questions qui ne sont pas forcément abordées ouvertement sur l’aire de compétition.

Un nouvel outil d’évaluation pour aider les athlètes et leur entourage
Un élément clé de la déclaration de consensus est la présentation d’un “modèle pour l’évaluation des risques dans le sport et le retour à la compétition”, lequel établit des critères pour classer les athlètes souffrant de carence énergétique relative dans le sport en trois catégories : “risque élevé – feu rouge”, “risque modéré – feu orange” et “risque faible – feu vert”. La participation d’un athlète à une compétition sportive en fonction de la catégorie de risque dans laquelle il a été classé est conseillée comme suit : de “pas de participation” pour la catégorie feu rouge à "participation complète" pour les athlètes classés dans la catégorie feu vert. Des recommandations pour la prévention et la gestion de la carence énergétique relative dans le sport sont adressées aux membres de l’entourage des athlètes, notamment aux professionnels de la santé et aux organisations sportives.

Par ailleurs, la déclaration de consensus fait le point sur les dernières données scientifiques relatives au dépistage et au diagnostic du syndrome. Les stratégies de traitement des carences énergétiques, des dysfonctions menstruelles, des problèmes osseux, des troubles de l’alimentation et d’autres séquelles psychologiques sont également mentionnées. Les lacunes en matière de recherche sont identifiées et des recommandations sont faites pour orienter les recherches futures.

Où trouver la déclaration de consensus ?
La déclaration de consensus sur les carences énergétiques relatives dans le sport sera publiée dans le numéro d’avril 2014 du British Journal of Sports Medicine consacré à l'étude du CIO sur la prévention des blessures et des maladies dans le sport, puis sur le site web du CIO.

Un sujet à l’ordre du jour de la prochaine conférence mondiale
Les nouveaux résultats, recommandations et outils présentés dans la déclaration de consensus seront également exposés lors de la conférence mondiale du CIO sur la prévention des blessures et maladies dans le sport, qui se tiendra à Monte-Carlo, Monaco, du 10 au 12 avril 2014.

Pour en savoir plus sur cet événement clé destiné aux experts médicosportifs du monde entier, cliquer ici.

Pour avoir la liste détaillée des membres du groupe d’experts, cliquer ici .

Les meilleures photos de Sotchi 2014

FEATURED NEWS