Accueil > Actualités > Héritage > L’héritage olympique d’Innsbruck « est inscrit dans l’ADN de la ville! »

Héritage olympique

Options

L’héritage olympique d’Innsbruck « est inscrit dans l’ADN de la ville! »

20/12/2013

Après avoir organisé les Jeux Olympiques d’hiver à deux reprises, ainsi que la première édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse, la ville autrichienne d’Innsbruck appartient incontestablement à l’histoire olympique.

Selon Peter Bayer, directeur général des 1ers JOJ d’hiver à Innsbruck en 2012, la longue tradition olympique de la ville signifie que les Jeux tiennent une place spéciale dans le cœur de ses habitants qui savent parfaitement les bienfaits qu’ils peuvent attendre de la tenue des Jeux.

« Tout le monde à Innsbruck aime les Jeux, » explique-t-il. « Les gens sont nés avec les Jeux inscrits dans leur ADN, et tout le monde connaît les expériences positives et la dynamique que les Jeux induisent.

« Ainsi, c’est après les Jeux d’hiver de 1964, les premiers à Innsbruck, que le tourisme a vraiment commencé à contribuer au développement de la ville. Les gens se sont rendu compte de la signification des Jeux pour Innsbruck et ils en ont tiré les conséquences. »

Après le succès des Jeux de 1964 et de 1976, ils ont été très nombreux à se réjouir d’une nouvelle expérience olympique en 2012.

« Tout le monde était enthousiaste à propos des JOJ, » confie Bayer. « Nous avons même eu trente anciens volontaires des Jeux de 1964 et de 1976 qui ont souhaité revenir pour 2012. Car, nous ont-ils dit, c’était le meilleur moment de leur vie et ils voulaient y prendre part une nouvelle fois. C’est comme ça que l’esprit s’est répandu dans l’ensemble de la ville! »

Le legs des Jeux d’hiver de 1964 et de 1976 a aussi joué un rôle déterminant dans la mise en forme de la candidature à l’organisation des Jeux Olympiques d’hiver de la jeunesse de 2012, qui se servait des sites olympiques préexistants.

« Nous avons eu 1964 et 1976 et c’est en comptant sur l’héritage de ces deux éditions des Jeux nous avons pu concevoir la candidature des JOJ, » explique Bayer. « Nous bénéficions d’un atout immense puisque nous disposions déjà de presque tous les équipements nécessaires. La seule installation temporaire que nous avons eue est celle du curling. Toutes les autres installations étaient déjà là et avaient été utilisées régulièrement depuis les Jeux d’hiver de 1964 et 1976. Elles avaient toutes servi pour des Coupes du monde ou des Championnats du monde, et nous pouvions compter sur le personnel adéquat pour les faire fonctionner à l’occasion de ces grandes manifestations. Nous n’avons pas eu besoin de faire appel à des experts externes. »

Innsbruck 2012 est aussi à l’origine de son propre legs avec la construction du village olympique de la jeunesse qui depuis, a procuré des logements abordables à des foyers aux ressources limitées.

« Aujourd’hui, environ 400 familles vivent ici, » souligne Bayer. « Ce village n’aurait pas été construit sans les Jeux Olympiques de la Jeunesse. Le terrain était à vendre, mais quand nous avons obtenu l’organisation des Jeux, le gouvernement l’a préempté pour la ville d’Innsbruck en vue de l’édification de cet ensemble de logements. »

Les futures générations d’Innsbruck bénéficieront de la création du centre de ski nordique et du tremplin de sauts à ski à Seefeld, ainsi que de la piste de ski-cross et du parcours de ski acrobatique de Kühtai, construits pour les JOJ de 2012 à Innsbruck.

« Tout ce secteur est à présent utilisé pour nos programmes de développement des jeunes pousses ouverts aux jeunes athlètes de saut à ski, biathlon et combiné nordique, » indique Bayer. « Les adolescents s’y entrainent régulièrement et des épreuves de Coupes du monde y ont eu lieu également. Seefeld a présenté sa candidature à l’organisation des Championnats du monde de combiné nordique de 2019. Tous les investissements ont été réalisés avec une vision à long terme, comme c’est le cas pour le parc de ski acrobatique de Kühtai. »

Tandis qu’Innsbruck s’apprête à célébrer le 50e anniversaire des Jeux Olympiques d’hiver de 1964 en février prochain, Bayer considère que l’esprit olympique de la ville n’a jamais été plus ardent.

« En organisant les Jeux comme nous l’avons fait, en tenant compte de l’histoire dont nous étions dépositaire, l’esprit olympique dans son ensemble a été ranimé à Innsbruck et il a même augmenté, » dit-il. « À présent énormément de gens aimeraient voir de nouveau les Jeux Olympiques d’hiver venir à Innsbruck. »

À LA UNE