Accueil > Actualités > Héritage > L’héritage de Sotchi 2014, objet de toutes les attentions

Héritage olympique

Options

L’héritage de Sotchi 2014, objet de toutes les attentions

L’héritage de Sotchi 2014, objet de toutes les attentions
©Getty Images

26/02/2014

À Sotchi, les Jeux d’hiver sont terminés et les legs à long terme qu’ils laissent à la ville hôte avec leurs retombées perceptibles bien au-delà de la région, font l’objet de toutes les attentions.

La préparation et les agencements nécessaires à la tenue des Jeux ont entraîné de nombreux changements positifs dans la région de Krasnodar et dans toute la Russie.

Outre les équipements sportifs modernes qui ont été construits, de nombreuses améliorations ont été réalisées dans les transports, l’ingénierie et les télécommunications dans toute la ville et la région.

En tout, plus de 367 km de routes et ponts, 200 km de voies ferrées et 690 km de conduites ont été réalisées à l’approche des Jeux, de même que 40 hôtels tandis que 15 autres ont été remodelés, pour une capacité totale actuelle de 26 000 chambres.

Ces changements ont contribué à transformer Sotchi en une destination touristique ouverte toute l’année, ce qui a d’ores et déjà entraîné augmentation notable des visiteurs étrangers. Ainsi durant la saison d’hiver 2013, le nombre des visiteurs étrangers a augmenté de 13 % par rapport à l’année précédente et a atteint 550 000 personnes.

Nombre des installations sportives de Sotchi 2014 vont elles aussi provoquer un flux touristique dans la région avec le centre alpin et le parc Extrême, tous les deux à Rosa Khutor, et le centre de biathlon et de ski de fond Laura appelés à devenir des stations de ski fréquentées, tout en continuant à servir à l’entraînement du sport de haut niveau et bien sûr aux compétitions.



D’autres sites vont offrir un legs remarquable, le Stade olympique Fisht notamment puisque, désormais, c’est là que va s’entraîner l’équipe de football nationale russe, tandis que des matches de football de la Coupe du monde de la FIFA s’y tiendront en 2018. Mais des concerts y seront également programmés ainsi que d’autres manifestations sportives et de divertissement.



Le Dôme de glace Bolchoï sera transformé en un centre sportif multifonctionnel à même d’accueillir des compétitions nationales et internationales de hockey-sur-glace et de patinage de vitesse sur piste courte, tandis que le centre de glisse Sanki et le centre de saut à ski RusSki Gorki seront tous les deux utilisés pour la compétition et l’entraînement.

Ailleurs, dans le Parc olympique, le palais de patinage Iceberg et le centre Ice Cube de curling serviront de complexes multisports et de divertissement, le centre Adler sera converti en espace international d’exposition et le centre Shayba deviendra quant à lui un centre national pour les loisirs et la santé des enfants.


La mise en place d’une industrie du bâtiment écologique en Russie et un autre élément de l’héritage de Sotchi 2014. Cela comprend l’utilisation de matériaux verts pour la construction et de sources d’énergie renouvelables, le recyclage des déchets, la réduction des gaz à effet de serre ainsi qu’un usage performant de l’eau et de l’énergie.

Les Jeux sont à l’origine de nouvelles normes en termes de planification et de construction urbaines sans obstacles en Russie puisque toutes les installations sportives et les infrastructures ont été réalisées de manière exemplaire en tenant compte des handicapés et de leurs besoins.

 

Autre aspect du legs de Sotchi 2014 à la Russie, la création du mouvement du volontariat. Dans 14 régions du pays, 26 centres ont été ouverts pour sélectionner et former des volontaires pour les Jeux et à la fin 2012, environ 2 800 projets ont été réalisés avec la participation des volontaires de Sotchi 2014 dans tout le pays, et la Russie est passée à la huitième place de l’Index mondial du don 2012 qui mesure le nombre de personnes ayant pris part à une action de volontariat.
 
« L’héritage olympique est l’une des principales raisons pour lesquelles nous avons choisi d’organiser les Jeux, » rappelle Dmitry Chernyshenko, président du comité d’organisation de Sotchi 2014. « Au cours des années précédentes nous avons pu constater les changements considérables intervenus dans la région et qui, sans les Jeux Olympiques, auraient exigé des décennies. Les bonnes pratiques employées à Sotchi vont se diffuser dans toute la Russie et je suis convaincu que les divers aspects de l’héritage de Sotchi 2014 serviront à de nombreuses générations de russes à l’avenir.

À LA UNE