Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Joss Christensen mène le triplé américain en slopestyle à ski !

Sotchi 2014

Options

Joss Christensen mène le triplé américain en slopestyle à ski !

13/02/2014

Il fallait de l’imagination, il fallait dompter les rails, il fallait s’envoler haut, précisément, tournoyer dans toutes les positions, attraper ses skis en l’air, réussir ses réceptions. A ce petit jeu dans la nouvelle et magnifique compétition de slopestyle en ski à Rosa Khutor, les Américains ont été les maîtres. Joss Christensen entre dans l’histoire avec l’or, devant Gus Kenworthy et Nick Goepper. 

Les Etats-Unis raflent le podium de la première épreuve olympique deski slopestyle messieurs et exposent leur savoir-faire au monde lors d'une inauguration particulièrement réussie. Signe de la densité américaine, Joss Christensen se pare d'or au Parc Extrême de Rosa Khutor avec les deux meilleurs scores du concours alors qu'il a bien failli ne pas être du voyage. « Il était limite », a confié l'entraîneur de l'équipe US, Skogen Sprang, qui l'a sélectionné au détriment du champion du monde en titre, Tom Wallisch.

A coups de « switch 450 » et « 270 bretzel » sur les rails, de « triples corks » « double 1620 », « triple switch grabé » et autres figures, pour de magnifiques images de skieurs tournoyant dans toutes les positions, c’était à celui qui réussirait les figures les plus folles, et qui parviendrait, à l’envers ou à l’endroit, à rester impeccable sur ses réceptions.

Dès son premier passage en finale, Joss Christensen a « plaqué » un run noté 95.80 qui lui a assuré la victoire. Dernier partant et déjà sûr d’être sacré lors des sa 2e descente, il s’est fait plaisir et a encore obtenu un 93.80 lui assurant les deux meilleurs scores de la finale. « C’est définitivement un grand honneur pour moi d’avoir obtenu ma sélection. Je voulais montrer à tout le monde que c’était un bon choix, et si possible me le montrer à moi-même. Je n’ai pas voulu me mettre trop de pression. J’ai juste essayé de réaliser une belle compétition, de faire de mon mieux, et de m’amuser. Je pense que ça a marché ! » explique le premier champion olympique de la discipline, 22 ans, qui a eu le malheur de perdre son père cette année.

« Je suis complètement enthousiasmé par ce 1-2-3 américain » s’est exclamé le médaillé d’argent Gus Kenworthy. « Nick Goepper a toujours été le gars à battre en compétition, il est régulier et tellement incroyable, mais Joss a tout déchiré aujourd’hui. C’est un de mes meilleurs amis. Je suis si heureux ! »

Le troisième triplé américain aux Jeux d’hiver

Sous un ciel bleu azur, les USA ont montré qu'ils avaient une longueur d'avance sur le reste du monde. Trois des quatre titres de slopestyle (ski et snowboard) sont revenus à des athlètes des Etats-Unis. Cette compétition débouche par ailleurs sur ce qui n’est que le troisième triplé américain aux Jeux d’hiver. il y avait eu auparavant Alan Jenkins, Ronald Robertson et David Jenkins en patinage artistique messieurs à Cortina d’Ampezzo en 1956, puis Ross Powers, Danny Kass et Jarret Thomas en half-pipe snowboard à Salt Lake City en 2002.

La discipline du slopestyle s’est en tout cas offerte un beau baptême. Les images en mondovision ont bien illustré les prouesses physiques de ces gamins culottés. L’Américain Bobby Brown a ainsi pris le départ de la finale en t-shirt, comme en été sur un glacier des Alpes, et le Suédois Henrik Harlaut -l'autre "Rasta rocket" des Jeux de Sotchi avec ses longues dreadlocks- a fini avec le pantalon sous les fesses, hilare. « J'espère que le monde entier a pu voir combien on s’amuse », a souligné Goepper, le médaillé de bronze.

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE