Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Ireen Wüst vise de nouveaux succès olympiques à Sotchi

SOTCHI 2014

Options

Ireen Wüst vise de nouveaux succès olympiques à Sotchi

27/11/2013

Après avoir gagné le 3 000 m à Turin en 2006 et le 1 500 m à Vancouver en 2010, la patineuse de vitesse néerlandaise Ireen Wüst vise de nouveaux succès olympiques à Sotchi en 2014. Elle a parlé à la Revue Olympique:

Je patine depuis longtemps déjà et j’ai participé aux deux précédentes éditions des Jeux d’hiver. Je sais donc à quoi m’attendre et comment concourir. Chacun a sa manière, pour ma part, je dois trouver l’équilibre entre être complètement concentrée ou complètement détendue. Si je suis trop nerveuse, je ne pourrai pas atteindre mon but car cela a des effets sur mon corps. Je dois être détendue mais concentrée, c’est pourquoi je me prépare mentalement.

J’ai une routine qui m’aide à me concentrer. Une heure avant la course, je commence à m’échauffer. J’écoute de la musique, celle du moment, pendant que je fais du vélo, des échauffements et des sprints. Ensuite, je refais ma course une dernière fois mentalement et alors, je suis prête à y aller.

À Sotchi, j’espère concourir dans cinq épreuves: le 1 000 m, le 1 500 m, le 3 000 m, le 5 000 m et la poursuite par équipes. Je fais en sorte que mon entraînement couvre tout, autant le sprint que les distances plus longues, pour lesquelles je m’entraîne notamment à vélo. Et j’y passe parfois trois à quatre heures !

Je ne suis pas superstitieuse et n’ai pas de porte-bonheur. Je me concentre sur ce que je peux contrôler, cela m’aide énormément.

Pour le moment, je suis rivée sur Sotchi 2014 mais j’aimerais aussi concourir à PyeongChang en 2018. Je veux me présenter à ces Jeux et ensuite me retirer, même si je n’en suis pas certaine. Je dois rester en bonne santé et éviter les blessures, ensuite on verra bien!

J’utilise Twitter et Facebook car je crois que c’est important de rester en contact avec les gens qui vous soutiennent. Ils veulent savoir ce que vous faites et comment va votre entraînement, donc les réseaux sociaux leur donnent un aperçu de ma vie de patineuse. C’est un bon moyen de tenir mes fans informés et contents.

C’était incroyable de gagner l’or olympique à Turin en 2006. Je n’avais jamais rien gagné auparavant, c’était ma première course olympique et j’ai remporté l’or! Indescriptible! Même quand je revois la course, je ne peux croire que c’est moi qui ai fait ça. C’est renversant comme sensation.

Aux championnats du Monde simple distance à Sotchi en mars dernier, j’ai concouru dans cinq épreuves en quatre jours et j’ai gagné des médailles dans chacune d’entre elles, trois d’or et deux d’argent. Aux Jeux d’hiver, je veux participer aux mêmes épreuves mais cela prendra deux semaines donc j’aurais le temps de récupérer. Si j’ai réussi en quatre jours, je crois que je peux le faire en deux semaines.

Nous avons deux femmes aux Pays-Bas [Yvonne van Gennip et Marianne Timmer] qui ont gagné trois médailles d’or chacune et j’en ai deux, donc maintenant j’en veux au moins quatre! Tel est mon objectif: j’espère gagner le 1 500 m, le 3 000 m et la poursuite par équipe à Sotchi.

Aux Pays-Bas, nous avons le Tour des 11 villes (une compétition de patinage de 200 km sur des canaux, rivières et lacs gelés qui relient 11 villes néerlandaises). La dernière fois qu’il a fait suffisamment froid c’était en 1997, j’avais 11 ans et mon père a pris part à la course. À l’époque, je jouais déjà au hockey et au tennis mais j’ai été tellement enthousiasmée par cette course que j’ai dit à mes parents que je voulais me mettre au patinage. Au début, ils ont ri et m’ont demandé: “Pourquoi?” mais j’ai persisté et finalement j’ai obtenu des patins. Sans leur soutien, je ne serais jamais devenue championne olympique.

Suivez Ireen Wüst sur l'Athletes' hub:

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE