Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Hivernaux. Chaleureux. Pour toi. - Soyez prêts pour Sotchi!

Sotchi 2014

Options

Hivernaux. Chaleureux. Pour toi. - Soyez prêts pour Sotchi!

Hot. Cool. Yours: Get ready for Sochi 2014!
©IOC, Getty Images, Sochi 2014

07/01/2014

Sotchi, pittoresque station balnéaire de la mer Noire, offre un contraste naturel entre son front de mer scintillant et les massifs montagneux qui la surplombent. Brian Pinelli témoigne ici de l’enthousiasme qui prend forme en Russie à l’approche des premiers Jeux d’hiver sur le sol russe.

L’un des aspects fascinants et captivants des Jeux Olympiques c’est qu’aucune édition n’est semblable à l’autre. Chacune se démarque par une atmosphère originale qui incarne l’esprit, la culture, les normes et la géographie du pays et de la région hôtes. Quand le Comité International Olympique (CIO) a attribué l’organisation des XXIIes Jeux Olympiques d’hiver à Sotchi, station balnéaire russe sur les rives paisibles de la mer Noire sertie d’impressionnants massifs montagneux, il s’aventurait en territoire inconnu avec une succession de «premières» en perspective.

La Russie accueillera pour la première fois les Jeux d’hiver en 2014. Ces Jeux seront plus compacts que jamais auparavant. En effet, le parc olympique – nommé Complexe côtier et construit pour l’occasion – abritera pour la première fois tous les sites de compétition de glace, situés à quelques pas les uns des autres. En outre, ces Jeux ouvriront un nouveau chapitre de l’histoire olympique puisqu’ils seront les premiers présidés par Thomas Bach, neuvième président du CIO nouvellement élu. À Sotchi, skieurs, patineurs, glisseurs et snowboardeurs offriront un spectacle éblouissant tout en poussant leurs limites physiques à l’extrême, sur la neige et la glace, durant 17 jours, du 7 au 23 février 2014.

Le programme comprend 98 épreuves, dont 12 feront leurs débuts olympiques, dans 7 sports. Plus de 2 500 athlètes de plus de 80 pays y sont attendus. Le complexe côtier de Sotchi comprend cinq arènes construites pour l’occasion, dont le stade olympique «Fisht» de 40 000 places, où auront lieu les cérémonies d’ouverture et de clôture. L’apparence du stade est saisissante! Première installation du genre en Russie, elle est dotée d’une couverture en polycarbonate translucide dont la structure unique permet aux spectateurs de jouir de la vue sur les monts du Caucase au nord et sur la mer Noire au sud.

 

En quelque 40 minutes, grâce à un train express, le spectateur est transposé dans un décor complètement différent, celui des monts du Caucase occidental, où est situé le Complexe de montagne. Tous les sports de neige et ceux de glisse (bobsleigh, luge et skeleton) auront lieu dans cinq installations proches les unes des autres, au-dessus du pittoresque village olympique de Krasnaya Polyana, traversé par la rivière Mzymta. Ces sites, tant du Complexe côtier que de montagne, ont déjà servi à des compétitions de haut niveau, organisées pour beaucoup d’entre elles à l’occasion d’épreuves de la Coupe du monde durant la saison 2012-2013. Ainsi, le comité d’organisation de Sotchi 2014 a pu évaluer son fonctionnement en vue des Jeux à venir. Dmitry Chernyshenko, président-directeur général du comité d’organisation, fait le point sur les derniers préparatifs.

«Nous mettons tous nos efforts pour être opérationnels à temps, a-t-il confié. Cela passe d’ailleurs par une formation à ce sujet en ce moment. Et nous nous servons de l’expérience gagnée pendant les épreuves tests pour nous assurer que ces premiers Jeux d’hiver en Russie seront vraiment mémorables pour tous ceux qui y seront allés.

 

En février prochain, tous ces préparatifs deviendront réalité. Le Palais de glace «Bolchoï» sera le témoin d’une effervescence incomparable grâce aux stars de hockey sur glace qui s’y affronteront fiévreusement. Sur place, le public sera en liesse devant la quantité de vedettes nationales comme Alexander Ovechkin, Evgeni Malkin, Ilya Kovalchuk et Pavel Datsyuk. Tous seront très motivés pour conduire le pays à sa première victoire olympique depuis celle d’Albertville en 1992, décrochée par l’Équipe unifiée, nom de l’équipe nationale après l’éclatement de l’Union soviétique. Ils seront opposés à de redoutables adversaires comme les Canadiens, tenants du titre olympique; les Suédois, champions du monde de 2013; l’équipe américaine, aussi déterminée qu’opportuniste; sans oublier les Finlandais, Tchèques et Slovaques ainsi que l’équipe qui monte, la Suisse.

Le patinage artistique, prévu dans le très esthétique Palais des sports de glace «Iceberg », figure parmi les sports les plus attendus. Les patineurs russes, surtout les couples, auront à cœur de perpétuer la fructueuse histoire et tradition du pays. Pour sa part, le patineur canadien Patrick Chan, triple champion du monde en titre, visera la première médaille d’or olympique masculine de son pays en individuel. Quant à Yuna Kim, de République de Corée, elle défendra son titre olympique dans ce qu’elle a qualifié de son ultime saison de compétition.

Autre sport également en vue: le ski alpin qui aura lieu au centre alpin «Rosa Khutor», domaine skiable de classe mondiale qui culmine à 2 320 m dans le massif Rosa. Équipée de systèmes de fabrication de neige les plus onéreux du monde, cette station Les skieurs s’élanceront le 9 février lors de l’épreuve-reine de la descente hommes, soit deux jours après la cérémonie d’ouverture. Sélectionnés parmi les meilleurs au monde, ils s’exécuteront à une vitesse sidérante, défiant compétences techniques et endurance sur un tracé de 3 500 m conçu par Bernhard Russi. Doté d’un dénivelé vertigineux de 1 075 m, cette descente poussera les concurrents jusqu’à leurs limites, notamment lors des quatre sauts spectaculaires qui propulseront certains à plus de 50 m.

Le dynamique parcours a été testé en avant-première lors de la Coupe du monde de ski alpin en février dernier. Les plus expérimentés comme Bode Miller, quintuple médaillé olympique américain, n’ont pas tari d’éloges. «Le choix de la pente est bon et les sauts sont superbes. Ils sont énormes et présentent de bons angles de réception et de décollage. Je pense que cela en fait une descente naturelle et géniale, a jugé ce coureur chevronné après sa performance. En fait, une descente doit représenter un défi. Sans les difficultés, vous n’obtenez pas le meilleur des athlètes. Une descente olympique se doit d’être ce qu’il y a de mieux dans le genre!»

En ski alpin masculin, Marcel Hirscher, le «wunderkind» autrichien, Aksel Lund Svindal, l’as norvégien, et Ted Ligety, «M. Slalom Géant» américain, devraient mener la course aux médailles. Chez les femmes, la Slovène Tina Maze, détentrice de la Coupe du monde 2012-2013, sort d’une saison stellaire de records. Elle a tout le talent, la polyvalence et la volonté requis pour décrocher une médaille dans quatre voire cinq épreuves.

Douze nouvelles épreuves ont été ajoutées au programme olympique dont le half-pipe en ski, le slopestyle en ski et en snowboard, et le slalom parallèle en snowboard sont sûrs d’attirer l’attention des plus jeunes fans! Le 11 février prochain, les projecteurs se tourneront vers les athlètes féminines qui concourront pour la première fois en saut à ski et s’élanceront du Complexe de tremplins «Russki Gorki». Cette épreuve était réservée aux hommes depuis les 1ers Jeux d’hiver en 1924.

 

Autre première à Sotchi, hommes et femmes concourront ensemble au sein d’une même équipe dans un relais mixte en biathlon, des épreuves de patinage artistique par équipes et un relais par équipes en luge. Le Parc X-treme de Rosa Khutor accueillera les compétitions de ski acrobatique et de snowboard. Huit des vingt épreuves à médailles auront lieu de nuit, sous les projecteurs, sur les six pistes qui se partagent deux aires d’arrivée.

«C’est le plus beau parc que j’aie jamais vu, a confié l’Américain Patrick Deneen, champion du monde de bosses. C’est vraiment très, très cool que le parcours de bosses, de half-pipe et de sauts partagent la même aire d’arrivée!»

Non loin de cette arrivée, d’autres épreuves attireront les regards comme le slopestyle en ski et en snowboard, où les concurrents exécuteront une série de figures créatives tout en effectuant divers rotations et sauts. Le ski et le snowboard cross regorgeront aussi d’émotions fortes lorsque les coureurs dévaleront la montagne côte à côte, affrontant des courbes relevées, des bosses, des sauts et toute autre surprise du terrain. La Canadienne Kelsey Serwa, vainqueur de l’épreuve test de ski cross l’hiver dernier à Rosa Khutor, a commenté la piste olympique de quelque 1 121 m: «Splendide! Nous skions sur la piste de snowboard qui est très bien. Il y a quelques sauts énormes et de longues réceptions, ce qui est génial.»

«Nous avons minutieusement testé nos infrastructures et sites sportifs ainsi que nos modes de fonctionnement avec les équipes sur le terrain, a indiqué Dmitri Chernyshenko. Les épreuves tests ont été une fantastique répétition générale.»

Élément incontournable au succès d’une édition des Jeux Olympiques, le programme des volontaires de la ville hôte. À Sotchi, près de 25 000 personnes seront à pied d’œuvre afin qu’athlètes, officiels et visiteurs vivent 17 jours mémorables. Efronsinia Bondarchuk, volontaire âgée de 23 ans, a su se rendre disponible pour les épreuves tests et d’autres du compte à rebours de ces dernières années. Cette étudiante, fraîchement diplômée de l’Université d’État de Kuban à Krasnodar, est très heureuse de ces opportunités.

«C’est un excellent départ pour ma carrière, a-t-elle confié. Peut-être la seule chance dans ma vie de rencontrer autant de gens et d’acquérir toutes ces connaissances. Je me suis fait de nombreux amis dans le monde entier. C’est exceptionnel de pouvoir faire l’expérience d’une manifestation aussi importante.»

Avant les Jeux à Sotchi en 2014, le relais de la flamme olympique sera le plus long de l’histoire des Jeux d’hiver. Parti de Moscou le 7 octobre, il réunira quelque 14 000 personnes qui porteront la torche sur plus de 65 000 km, traversant les 83 régions de Russie. L’embrasement de la vasque aura lieu lors de la cérémonie d’ouverture, le 7 février à Sotchi.

Pendant 123 jours, le relais transportera la torche en voiture, en train, en avion, en traineau de rennes et en troïka russe. De près d’un mètre de long et pesant 1,8 kg, la torche décorée de rouge traversera quelque 2 900 villes. «La flamme olympique a été emmenée au fond du lac Baïkal et au sommet du Mont Elbrus. Elle s'est rendu au Pôle Nord et même volé dans l’espace, a dit Dmitri Chernyshenko. Nous étonnerons le monde!»

Au mois de novembre, une torche olympique non allumée a été envoyée vers la Station spatiale internationale, d’où les cosmonautes russes lui ont fait faire une première sortie dans l’espace. Autre première olympique: le choix par vote public des trois mascottes des Jeux lors d’un programme télévisé russe en direct. L’ours polaire, le lièvre et le léopard accueilleront donc chaleureusement les athlètes, invités et autres visiteurs à Sotchi.

L’Olympiade culturelle de ces Jeux a aussi connu un succès puisque des millions de personnes de tout le pays ont pris part à une série d’activités culturelles depuis son lancement en 2010. Ces manifestations, concerts, festivals, spectacles, films, expositions et installations d’art, ont offert le meilleur de la culture russe.

Les organisateurs ont aussi déjà réfléchi à «l’après-Jeux» afin que ceux-ci soient à l’origine de retombées durables pour la région. «Nous nous sommes projetés à long terme pour définir un héritage propre aux Jeux qui rénove la ville de Sotchi mais aussi contribue au développement économique, culturel et au respect de l’environnement de la région de Krasnodar», a expliqué Dmitri Chernyshenko.

Outre la construction de plusieurs équipements permanents qui permettront la tenue d’autres manifestations sportives de haut niveau à Sotchi, les infrastructures urbaines se sont aussi développées du fait des Jeux. De nouvelles voies ferrées et routières ainsi que des hôtels ont été construits et des milliers d’emplois ont été créés. Mais le 7 février, ce sont les Jeux qui seront l’attraction du monde entier, lorsque le président du CIO, Thomas Bach, déclarera ouvert les XXIIes Jeux Olympiques d’hiver. «Organiser des Jeux Olympiques signifie évoquer l’histoire», aimait à dire Pierre de Coubertin, fondateur du CIO. C’est ce à quoi la ville de Sotchi va s’employer, à l’ultime étape du long périple de l’organisation des Jeux, quand la magie de la flamme olympique pénétrera dans le stade pour embraser la vasque durant cette soirée de février.

Telle est la beauté des Jeux Olympiques, leur fascinante intensité, expression de ferventes passions, d’immenses talents d’athlètes, tous différents et venus du monde entier, artistes peignant cette histoire olympique sur la toile à Sotchi..

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE