Accueil > Actualités > Actualités de Lake Placid 1980 > Eric Heiden - Patinage de vitesse

Lake Placid 1980

Options

Eric Heiden - Patinage de vitesse

02/02/1980

À l'ouverture des Jeux de Lake Placid, Eric Heiden était à la fois un héros national et le grand favori dans les cinq épreuves masculines de patinage de vitesse. Depuis son apparition quatre ans plus tôt, alors qu'il n'était qu'un jeune inconnu de 17 ans, il avait fait sensation en remportant les Championnats du Monde en 1977 et était parvenu à défendre son titre deux fois.

Tous les espoirs reposaient sur lui. Et celui dont le corps de rêve lui avait valu le surnom de Mister Univers (la tenue aux couleurs de la bannière étoilée qu'il portait à la cérémonie d'ouverture avait dû être faite sur mesure à cause de ses cuisses de 73 cm) se montra digne de sa réputation. L'athlète modeste et sans prétention remporta chacune de ses courses, du 500 mètres au 10 000 mètres, tout en établissant un nouveau record olympique sur chaque épreuve.

Sa course la plus difficile fut le 500 mètres et les chances d'Heiden semblaient bien minces face au détenteur du record du monde, le Soviétique Yevgeny Kulokov.
Après un interminable coude-à-coude, le patineur soviétique commit une erreur et le puissant Heiden saisit cette opportunité inespérée pour prendre la tête de la course, décrochant la victoire tandis que les spectateurs américains, en transe, scandaient son nom.

Eric Heiden gagna sa deuxième médaille d'or lors du 5 000 mètres, avant de remporter le 1 000 mètres avec une avance confortable en 1:15:18. Il obtint sa quatrième médaille d'or sur le 1 500 mètres, où il avait pourtant failli chuter à mi-parcours à cause d'une ornière dans la glace.

Puis vint le 10 000 mètres. Heiden, ayant déjà inscrit son nom dans l'Histoire en devenant le premier patineur de vitesse à accumuler quatre médailles d'or en une seule et même édition des Jeux, s'octroya une soirée de repos la veille de la course et put assister au miracle de ses compatriotes soufflant la victoire à l'URSS en hockey sur glace.

Débordant d'adrénaline après ce fameux triomphe, Heiden eut du mal à trouver le sommeil et se réveilla en retard le lendemain. Il avala son petit-déjeuner en vitesse et courut jusqu'à la piste pour se présenter à sa dernière épreuve : autant dire qu'il n'était pas dans les meilleures conditions pour disputer une finale olympique.

Il remporta néanmoins calmement sa cinquième médaille d'or, établissant par la même occasion le nouveau record du monde de 14:28:13 : un exploit digne de Mister Univers.
Heiden passa immédiatement du statut de héros national à celui d'icône du sport et son succès suscita d'autant plus d'admiration que, dans la famille du patinage de vitesse, rares sont ceux qui jouissent du même talent en courte et en longue distance.

Ses rivaux scandinaves, qui avaient longtemps dominé le sport, perdirent tout espoir de le vaincre, se contentant d'attendre avec impatience le jour où il prendrait sa retraite.

Aucun athlète ne décrocha davantage de médailles qu'Heiden au cours de ces Jeux et il demeure aujourd'hui le sportif le plus récompensé en une seule et même édition des Jeux Olympiques d'Hiver. Las d'être sous les projecteurs, ce grand sportif plein d'humilité raccrocha les patins peu après. Il se tourna ensuite vers le cyclisme et participa au Tour de France, avant de devenir médecin à Salt Lake City, dans l'Utah.

À LA UNE