Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Elizabeth Yarnold, l’espoir du skeleton britannique

Sotchi 2014

Options

Elizabeth Yarnold, l’espoir du skeleton britannique

Elizabeth Yarnold
©Getty Images

20/01/2014

Depuis 2002, il y a toujours eu une Britannique sur les podiums olympiques du skeleton féminin. Elizabeth Yarnold est le principal espoir de son pays pour continuer cette fière tradition.

Bien qu’il n’existe pas de piste de bobsleigh, luge et skeleton sur le territoire britannique, une superbe tradition s’y est développée, particulièrement chez les femmes, dans la discipline du skeleton. Depuis le début des années 2000, toutes les médailles olympiques hivernales de la Grande-Bretagne (à l’exception de Rhona Martin et de son équipe de curling championnes olympiques 2002) viennent de ce sport :  bronze pour Alex Coomber à Salt Lake City 2002, argent pour Shelley Rudman à Turin 2006 et or pour Amy Williams à Vancouver 2010 ! À 24 ans, Elizabeth « Lizzy » Yarnold s’inscrit dans cette continuité; « l’or est absolument possible à Sotchi ! Je m’entraîne pour ça tous les jours. J’ai confiance, je crois en moi ».

Figurant dans le top 5 mondial de la discipline, Lizzy remarque « On ne peut pas s’entraîner sur la glace durant huit mois de l’année. Sur les pistes, nous avons six descentes d’entraînement à chaque fois et c’est tout. Ce n’est pas comme les pratiquantes qui disposent de pistes dans leurs pays et peuvent les dévaler des centaines de fois, mais c’est un avantage pour nous, les Britanniques, parce que nous apprenons vite, nous savons ce que nous faisons, et nous avons une grande et belle équipe. Tout ce qui compte, c’est s’éclater dans son sport et prendre du plaisir. J’ai tellement de chance de pouvoir faire ça tous les jours ! Être heureuse, m’amuser, c’est ce qui me permet d’avoir des résultats. Je ne me mets pas de pression, je sais que je peux réussir et je fais toujours du mieux que je peux ».

 

« Une piste magnifique »

Cet automne, Lizzy Yarnold a commencé par franchir un cap important en remportant à Altenberg (Allemagne) les courses de sélection en équipe de Grande-Bretagne (« une des épreuves les plus difficiles de la saison ! »), ce qui l’a menée tout droit au centre de sports de glisse « Sanki » au-dessus de Sotchi où deux semaines d’entraînement pour les futurs skeletoneurs olympiques ont été organisées mi-novembre. « Je suis déjà venue ici en février dernier pour la Coupe du monde, mais disposer de journées supplémentaires m’a permis d’avoir plus de prise dans les virages, et sur les différentes lignes que je peux prendre. Je trouve cette piste magnifique. La structure est éclairée tout du long, avec ces panneaux de bois qui entourent la piste et protègent la glace par une température de 10-20 degrés. Avec 40 skeletons descendant quotidiennement, et les bobs à 2 et à 4, la glace peut se dégrader rapidement. Mais ici, elle est restée en parfait état pendant nos deux semaines de présence. Durant ces séances internationales d’entraînement, j’ai atteint ma meilleure vitesse à 127 km/h et ma poussée a été chronométrée à 1/100e de seconde de l’actuel record. J’attends maintenant les températures hivernales qui me permettront d’aller encore plus vite ! » 

Présente à la cérémonie « Sotchi 2014  J-100 » organisée par le Comité olympique britannique à Londres, Lizzy Yarnold y a rencontré Lord Sebastian Coe. « Il m’a reconnue ! » s’exclame-t-elle, ajoutant, « C’est que j’ai dû réussir quelque chose de bien ! ». Ne croyant pas si bien dire, « Lizzy » est montée sur tous les podiums de la Coupe du monde FIBT à partir de sa victoire à Calgary le 29 novembre. Après son troisième succès de la saison sur la piste de Winterberg le 4 janvier 2014, elle remarque « là, je commence vraiment à rêver en m’avançant vers les Jeux ».  

Elle se sent prête à réussir quelque chose de grand, les 13 et 14 février prochains sur cette piste Sanki qu’elle apprécie tant.

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE