Accueil > Actualités > Actualités Mexico 1968 > Debbie Meyer - 400m nage libre femmes- Natation

Mexico 1968

Options

Debbie Meyer - 400m nage libre femmes- Natation

20/10/1968

Le palmarès olympique de Debbie Meyer est tout simplement exceptionnel. Dans toute sa carrière, la nageuse n'a participé qu'à une seule édition des Jeux Olympiques, alors qu'elle n'avait que 16 ans. Elle prendra sa retraite avant d'avoir vingt ans, mais en l'espace de quelques années, elle aura marqué la natation de son empreinte.

Asthmatique de naissance, Meyer grandit en Californie et démontre très jeune d'étonnantes prédispositions pour la nage. Un tel talent ne passe évidemment pas inaperçu.

Elle travaille sous le regard attentif de Sherman Chavoor, un entraîneur connu pour imposer des sessions particulièrement ardues à ses protégés. Afin de mieux préparer ses nageurs aux rigueurs du sprint, il demande à ses athlètes de multiplier les longueurs. Dans le cas de Meyer, la méthode s'avère particulièrement payante.
La jeune femme se fait connaître lors des Jeux Panaméricains de 1967 en battant les Records du Monde en 400 et 800 mètres nage libre. Elle ajoute une nouvelle série de Records du Monde à son tableau de chasse pendant les sélections américaines sur 200, 400 et 800 mètres.

Sa marche en avant est telle que seul un coup du sort semble pouvoir l'arrêter. La veille de la compétition, Meyer est victime de maux de ventre. Elle refuse de prendre des médicaments, de peur d'être disqualifiée, et décide de se concentrer sur sa performance. Pour peu orthodoxe qu'elle soit, cette stratégie donne des résultats impressionnants.

L'Américaine participe aux 200, 400 et 800 mètres nage libre. Elle dispute à chaque fois une série et une finale. Sur toutes les distances, le résultat est le même : une victoire et un nouveau record olympique à la clé, puis une médaille d'or, accompagnée d'un nouveau record olympique. Six courses, six victoires.
Elle domine de la tête et des épaules le 800 mètres et termine avec plus de dix secondes d'avance. Son premier succès, sur 400 mètres, est un peu plus étriqué. Elle doit se contenter de trois secondes d'avance sur Linda Gustavson. Elle n'est inquiétée que sur 200 mètres. Au terme d'un final haletant,  Jan Henne touche le bord du bassin une demi-seconde plus tard.

Après avoir tant gagné, Meyer retournera à l'école. Elle mettra un terme à sa carrière, puis changera d'avis et décidera de défendre ses titres olympiques à Munich, avant d'opter finalement pour une retraite anticipée. Elle quittera finalement les bassins invaincue, avec trois titres olympiques à son tableau de chasse.

Pour autant, elle ne quittera pas complètement le monde du sport. Elle ouvrira en Californie sa propre école de natation, qui existe encore à l'heure actuelle.

Découvrez les dernières photos

  • Cérémonie d'ouverture Mexico 1968

    Pour la première fois dans l’histoire olympique, la flamme est transportée à la nage lors d’un relais. C’est l’athlète mexicain Eduardo Moreno qui a l’honneur d’effectuer ce relais spécial

    ©United Press International

  • Cérémonie d'ouverture Mexico 1968

    Enriqueta Basilio Sotelo monte les escaliers avec la flamme olympique

    ©CIO

  • Cérémonie d'ouverture Mexico 1968

    L’athlète mexicaine Enriqueta Basilio Sotelo, première femme à avoir allumé la vasque olympique, monte les escaliers avec la torche

    ©CIO

  • Robert Beamon (USA)

    L’Américain Robert Beamon va accomplir un magnifique exploit lors de l’épreuve de saut en longueur : il va établir un record du monde à 8,90m qui restera invaincu pendant 23 ans…

    ©CIO

  • Lee Evans, Larry James et Ron Freeman (USA)

    Le lendemain de l’éviction de Tommie Smith et John Carlos, trois autres américains réalisent un magnifique triplé sur 400 m: Lee Evans (à gauche) remporte l’or, Larry James (au centre) l’argent et Ron Freeman (à droite) le bronze. Afin de montrer leur sympathie pour leurs compatriotes suspendus, ils portent un béret noir lors de la cérémonie de remise des médailles
    ©Keystone

  • YAAAT006

    Mexico 1968-Les porte-drapeaux des nations.

À LA UNE