Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > David Wise premier champion olympique de half pipe en ski

Sotchi 2014

Options

David Wise premier champion olympique de half pipe en ski

18/02/2014

Dans des conditions météo compliquées, sous de grosses chutes de neige qui ont empêché les concurrents de réaliser leurs plus belles figures, mais en aucun cas faussé le concours, c’est le plus fort qui a gagné : l’Américain David Wise, arrivé à Sotchi en favori et qui a concrétisé sa domination dès son premier run en finale. Sur le premier podium olympique de la discipline, il est accompagné par le Canadien Mike Riddle (argent) et le Français Kévin Rolland (Bronze).

David Wise a ajouté la première médaille d'or olympique à son titre de champion du monde (2013). « C'est un grand honneur d'être le premier médaillé d’or », a réagi l'Américain.

 

Les conditions météo difficiles, avec des lourdes chutes de gros flocons sur le demi-tube de neige du Parc Extrême de Rosa Khutor, n'ont pas faussé le concours mais elles ont empêché les concurrents de placer leurs figures les plus techniques. « C'est vraiment dommage », a dit Wise. « J'avais toutes ces manches de folie que je voulais faire aux Jeux Olympiques mais si tu n'as pas la vitesse, tu ne peux pas faire les figures que tu veux. J'ai dû mettre en place mon plan C ou D mais il fallait s’adapter ». Ce qu’il a superbement fait.

En première manche, Rolland a réalisé un passage qui lui a fait prendre la tête (88,60 pts) mais Wise l'a ensuite supplanté avec un run plus technique (92,00). Au second passage dans le demi-tube de neige, Riddle (90,60) a chipé la deuxième place au Français mais sans parvenir à déloger l'Américain, dont le score a tenu pour de bon quand le Canadien Justin Dorey, vainqueur des qualifications et dernier à s'élancer, n'a pas réussi à rester sur ses skis. « Quand je l'ai vu déraper, j'ai senti un grand soulagement », a avoué Wise.

Mike Riddle, lui, était ravi de remporter la médaille d’argent. Il a en effet réussi une combinaison de « tricks » qu’il n’avait jamais tenté auparavant. « C’est inimaginable. Je réussis un excellent run dans des conditions difficiles. Je savais que j’avais ma chance. Je n’avais jamais fait cette combinaison avant, deux double corks 1260, mais j’ai décidé que c’était l’heure de la tenter pour la première fois. Ca m’aura pris beaucoup de travail et une vie entière pour me retrouver ici sur le podium ! »

Le récit de Kevin Rolland

Kevin Rolland, ambassadeur aux Jeux Olympiques de la Jeunesse 2012, raconte son concours : « J'étais tout excité au départ. A chaque run, j'ai changé de plan. J'ai beaucoup échangé avec mon coach. Je lui demandais ce qu'il fallait que je fasse: « J'assure ou je n'assure pas ? ». Il a fallu improviser. Le plus important était de garder de l'amplitude. Moi, je fais trois double rotations dans mon run. J'ai vraiment besoin d'avoir de l'amplitude pour le faire et je n'en avais pas. Il a fallu tout envoyer. Avec mon premier run, j'ai assuré justement pour essayer d'attraper une petite médaille. Il n'était pas question que cela soit tout ou rien ».

«  Avant mon deuxième, je sais qu'il faut que j'envoie tout mais je sais aussi qu'il y a beaucoup de chance pour que je n'arrive pas à passer la figure sur laquelle j'ai travaillé. Cela n'a pas marché malheureusement. Je suis quand même vraiment content. Ce qui prend le dessus, c'est la joie car ce n'était vraiment pas gagné de monter sur le podium avec des conditions pareilles. »

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE