Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Combiné nordique : Eric Frenzel, la confirmation, Jørgen Graabak, la révélation

Sotchi 2014

Options

Combiné nordique : Eric Frenzel, la confirmation, Jørgen Graabak, la révélation

14/03/2014

Les épreuves de combiné nordique à Sotchi commencent par le triomphe attendu de l’actuel N°1 mondial de la discipline, l’Allemand Eric Frenzel dans l’épreuve sur tremplin normal. Mais c’est par la suite le jeune remplaçant de l’équipe norvégienne Jørgen Graabak qui domine les débats, sur grand tremplin puis à l’arrivée de l’épreuve par équipes !

12 février : Eric Frenzel comme une évidence sur tremplin normal

Un superbe bond à 103.0 m pour 131,5 points sur le tremplin HS106 RusSkie Gorki place Eric Frenzel en tête du concours de combiné nordique « tremplin, normal », mais le Japonais Akito Watabe n’est pas loin. Il retombe à 100.5m pour 130,0 points, ce qui converti en temps (selon la méthode appelée « Gundersen ») pour le départ 10km ski de fond donne un écart 6 secondes. Un groupe de 16 coureurs, parmi lesquels le champion olympique en titre français Jason Lamy-Chappuis, 8e à 31 secondes, est placé à moins d’une minute. 

Lors de la course, disputée par une température de 12 degrés sur le circuit tracé au pied des tremplins, Frenzel et Watabe prennent le large, comptant une avance 20 secondes minimum sur un important groupe de chasse duquel Jason Lamy-Chappuis va progressivement décrocher. Les poursuivants se rapprochent dans la partie finale de la course, mais pas assez pour empêcher Frenzel et Watabe de se disputer la victoire. L’Allemand produit un dernier effort auquel son rival japonais ne trouve pas de réponse, et parcourt les derniers mètres en fêtant sa victoire. Watabe prend l’argent à 4 secondes et le Norvégien Magnus Krog émerge du groupe de chasse pour enlever le bronze à 9 secondes.

« C’est fabuleux, incroyable ! Il n’y a pas de mots pour décrire ce que je ressens. C’est le plus beau jour de ma vie » s’exclame Frenzel, le leader de la coupe du monde FIS qui signe ici une victoire magistrale, Quant à Watabe, il gagne la première médaille individuelle japonaise en combiné nordique depuis Takanori Kono à Lillehammer en 1994.

18 février : Jørgen Graabak maitre du grand tremplin

Jørgen Graabak s’offre à 22 ans un premier titre de champion olympique de combiné nordique au pied des tremplins Russkie Gorki. Le jeune Norvégien, qui avait pour principal fait d'armes jusque-là une médaille d'argent par équipes aux Mondiaux 2013, s'impose au sprint devant son compatriote Magnus Moan, (argent) et l'Allemand Fabian Riessle (bronze). « C'est un peu irréel. Il va me falloir du temps pour apprécier ce moment », souligne le tout frais champion olympique. « Je ne pensais pas pouvoir réaliser cela ».

Sixième à l'issue du saut sur le grand tremplin HS140, le Norvégien s’élance pour les 10km en ski de fond avec 42 secondes de retard sur l'Allemand Eric Frenzel. Grâce à un bond de 139,5 m qui lui vaut 129 points, le champion olympique du tremplin normal semble se trouver en pole position pour réaliser un doublé à Sotchi.

Mais après une boucle, les poursuivants dont le quadruple champion du monde français Jason Lamy Chappuis ont déjà rejoint l'Allemand, affaibli par un virus qui a failli l'empêcher de participer à cette épreuve. Le dernier kilomètre la course de ski de fond vire à la bagarre entre Allemands et Norvégiens. Une bagarre qui laisse sur le carreau l'Allemand Johannes Rydzek, victime d’un contact avec son compatriote Riessle qui le fait tomber à terre dans les derniers hectomètres (8e).

Ils arrivent finalement  dans la dernière ligne droite à quatre (Graabak, Moan, Riessle et l’Allemand Björn Kiercheisen) pour se disputer la victoire, et Graabak place un démarrage imparable pour aller triompher sur la ligne d’arrivée, avec 6/100e d’avance sur Moan, 1.6 sur Riessle et 2.1 sur Kircheisen. Graabak, qui n'avait pas connu une saison exceptionnelle en Coupe du monde, avec seulement deux podiums, aura donc su tirer son épingle du jeu pour inscrire son nom dans la légende olympique. Magnus Moan, double médaillé aux Jeux de Turin en 2006, s’estime chanceux de la tournure des événements: « Je suis content de regoûter au podium. Cela prouve que j'ai toujours ma place dans le jeu »

20 février : La Norvège détrône l’Autriche par équipes

Avec Magnus Moan, Haavard Klemetsen, Magnus Krog et Jørgen Graabak, la Norvège, impériale, confirme sa force collective en décrochant l'or du concours par équipes, lors une belle journée ensoleillé sur le complexe de RusSki Gorki.  C’est le champion olympique individuel Jörgen Graabak qui achève victorieusement la course en battant l’Allemand Fabien Riessle au sprint sur la ligne d’arrivée. L’Autriche, double tenante du titre, termine à la troisième place.

Sur le grand tremplin HS140, les Allemands Fabien Riessle, Björn Kircheisen, Johannes Rydzek et Eric Frenzel se montrent très réguliers, avec notamment des bonds de Kircheisen et Rydezek à plus de 130m et prennent les devants pour la deuxième partie de la compétition.  Les Autrichiens doubles tenants du titre (Lukas Klaper, Christoph Bieler qui s’envole à 133m, Mario Stecher et Bernhard Gruber) ne sont pas loin. Selon la méthode de conversion « Gundersen »,  ils comptent un retard de sept secondes pour le relais à skis. Les Norvégiens sont troisièmes à 25 secondes, et les Français (Maxime Laheurte, Sébastien Lacroix, François Braud et Jason Lamy-Chappuis), quatrièmes à 35 secondes. Les autres formations sont déjà à une minute et plus…

Pendant les 4x5km en ski de fond, Autrichiens, Allemands et Norvégiens se regroupent après seulement un kilomètre de course. En manoeuvrant intelligemment à trois, ils réussissent à maintenir à distance les Français, champions du monde en titre par équipes.

Déjà sacré sur grand tremplin grâce à un finish du tonnerre, Jørgen Graabak fait ce qu'il faut pour conserver sa position de pointe dans le dernier kilomètre. Utilisant au mieux les trajectoires et les forces qui lui restent, il dispose au sprint de Fabian Riessle, préféré en dernier relayeur à la star allemande Eric Frenzel, champion olympique sur petit tremplin mais convalescent après un virus. Au final, la Norvège devance l'Allemagne de 3/10e de seconde, et l'Autriche de 3 secondes 4/10e.

« Je suis venu ici en tant que remplaçant, et me voilà avec deux médailles d'or. C'est extraordinaire », se réjouit Jørgen Graabak. « Mardi était un super jour lorsque j’ai gagné le combiné sur grand tremplin, mais ça c'est encore mieux, être au sommet avec ses amis et partenaires  ! »


Photos de Sotchi 2014

À LA UNE