Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Carina Voigt, première championne olympique du saut à ski féminin

SOTCHI 2014

Options

Carina Voigt, première championne olympique du saut à ski féminin

11/02/2014

L'Allemande Carina Vogt est devenue à 22 ans la première championne olympique de saut à skis de l'histoire des Jeux d'hiver, mardi 11 février sur le tremplin de Rosa Khutor. Vogt, déjà en tête après la première manche, a devancé l'Autrichienne Daniela Iraschko-Stolz et la Française Coline Mattel.  La favorite japonaise Sara Takanashi s’est classée 4e.

Dès son premier saut dans cette finale historique, Carina Voigt se pose à 103.0m pour prendre la tête du concours. Coline Mattel se poste au second rang avec un bond à 99.5m, Sara Takanashi, déjà étonnamment en deçà du niveau où elle était attendue, atterrit à 100m mais assure mal son télémark pour se classer 3e. La pionnière du saut à ski féminin, Daniela Iraschko-Stolz, retombant à 98.5m, est en cinquième position.

 

Dans le tour final, l’ainée Autrichienne s’envole littéralement et s’assure une médaille avec le plus long saut du concours, un bond monstrueux mesuré à 104,5m. Sara Takanashi n’est pas meilleure qu’à sa première tentative (98.5m), Coline Mattel assure 97.5m et Carina Voigt fait le nécessaire, avec 97.5m et 65.0 points pour remporter la victoire, repoussant Takanashi hors du podium. L’or pour Voigt avec 247.4 points, l’argent pour Iraschko-Stolz, 246.2 points et le bronze pour Mattel, 245.2 points. Quelle surprise !

Trois championnes folles de bonheur

En voyant le tableau d’affichage avec son nom tout en haut, Vogt s’effondre dans l’aire d’arrivée, en larmes.  « Je n’ai pas de mots » s’exclame-t-elle. « Je n’aurais pas cru cela possible il y a trois ans. C’est fantastique. Je suis la première championne olympique en saut à ski et je n’avais jamais gagné en Coupe du monde ! C’est incroyable ».  Le succès de Vogt est d'autant plus retentissant et inattendu qu'elle ne comptait que huit podiums jusque là sur le circuit mondial.

Daniela Iraschko-Stolz, elle, est retombée plus loin lors de son 2e saut que bien des hommes lors de leur concours sur le même tremplin dimanche 9 février.« J’ai eu un super feeling, c’était mon meilleur saut. J’ai été un peu choquée parce que j’ai volé si loin et mon atterrissage n’a pas été très bon. Mais je pense que j’ai plutôt perdu l’or à mon premier saut. Je me contente de l’argent. Nous avons eu un beau concours de haut niveau. Je suis sûre que tous ceux qui ont regardé ça à la télévision aiment maintenant le saut a ski féminin ! ».  

Quant à Coline Mattel, 18 ans, qui s’était imposée sur ce tremplin en 2012, elle est submergée de bonheur avec cette médaille de bronze. « C’est génial. C’est sans doute le plus beau jour de ma vie. J’étais vraiment stressée. Et maintenant, je suis contente que ça soit terminé. Ca a été la plus longue journée de mon existence, et finalement, je l’ai fait ! C’est juste un truc de malade. Déjà c’est une médaille olympique et ensuite, c’est la première. C’est important, car on s’est toutes surpassées pour cette première, et encore plus que d’habitude. »

Déception pour Sara Takanashi

Le premier concours de saut à skis féminin de l'histoire des Jeux d'hiver est donc marqué par le résultat de la grande favorite, la Japonaise Sara Takanashi, seulement 4e (100m et 98,5 m, 243 pts) alors qu'elle avait archi-dominé la Coupe du monde. « Je n’ai pas pu sauter comme je le voulais » a expliqué la gagnante des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2012, triple championne du monde junior, tenante du globe de cristal de la FIS. « Je suis venue ici pour donner le meilleur de moi-même. Je suis terriblement déçue. Mais c’est une belle expérience de disputer les Jeux Olympiques et je suis contente d’en faire partie » 

L'Américaine Sarah Hendrickson, championne du monde en titre, termine à la 21e place, alors qu'elle disputait sa première compétition de l'hiver après une blessure à un genou. La première compétition olympique féminine de saut à ski a tenu toutes ses promesses. Le spectacle a été magnifique.

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE