Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Anna Fenninger dompte un impitoyable Super-G !

Sotchi 2014

Options

Anna Fenninger dompte un impitoyable Super-G !

15/02/2014

Tendre les trajectoires, oui, mais pas trop. Trouver la vitesse mais rester tactique pour ne pas se faire éjecter du tracé. Garder sa concentration jusqu’en bas. L’Autrichienne Anna Fenninger a réussi à le faire, samedi 15 février dans le Super-G disputé à Rosa Khutor. Elle devance l’Allemande Maria Höfl-Riesch, qui continue son parcours d’excellence à Sotchi, et sa compatriote Nicole Hosp, elle aussi désormais doublé médaillée 2014 en ski alpin. 

« On devait skier assez tactique et technique. Nos entraîneurs ont vraiment bien tracé. Ma fin de parcours n'était pas si bonne, mais le haut était excellent. Sur le milieu, il y avait encore possibilité d'aller plus vite, comme l'a montré Maria (Höfl-Riesch). C’est beaucoup d'émotions. J'ai eu du mal à apprécier la valeur de ma course, parce qu'il y avait encore du monde à partir. La tactique était très importante. Quand on a vu Maria, elle a mis plus de vitesse, mais elle a fait une erreur sur le bas qui lui coûte probablement la médaille d'or. Je n'ai pas eu des jours faciles après ma sortie en descente. Je n’étais pas nerveuse. Je me suis juiste concentrée sur la course. » Anna Fenninger, nouvelle championne olympique du Super-G, a tout dit. Elle sort gagnante d’une course  marquée par de nombreux abandons sur un tracé truffé de pièges, pour confortablement devancer Höfl-Riesch de 55/100e et Nicole Hosp de 66/100e.

Sur le parcours dessiné par son entraîneur, qui a provoqué la sortie de piste de huit des onze premières concurrentes à s’élancer (parmi lesquelles la co-championne olympique de descente suisse Dominique Gisin), Fenninger, 24 ans, a fait valoir ses qualités de géantiste. Polyvalente et championne du monde de super-combiné en 2011, elle a pleinement exprimé sa technique.

La Salzbourgeoise avait chuté en descente, alors qu'elle avait réalisé de bons chronos intermédiaires sur la partie haute, ce qui lui avait laissé « une grande amertume ». Trois jours plus tard, rayonnante de bonheur, elle explique :  « Il y a un fort niveau d’adrénaline en Super-G, est c’est ce que j’aime, j’aime aller vite. C’est le plus beau jour de ma vie. Ca a été mon rêve depuis si longtemps, et aujourd’hui, il devient réalité. C’est mon jour ! »

Höfl-Riesch : « Ca me va très bien »

Maria Höfl-Riesch avait déçu en descente (13e), après avoir conservé son titre en super-combiné lundi 10 février. La voilà de nouveau aux avant-postes pour sa quatrième médaille olympique, la première en argent après trois en or ! « Je ne pensais pas que j'étais si rapide et que j'étais en tête au 3e chrono intermédiaire. Après une telle erreur sur le bas, j'ai eu du mal à croire que j'étais encore 2e. La surprise était plus importante encore que pour le super-combiné. Nos entraîneurs nous ont dit qu'il fallait un peu changer sur la dernière bosse, mais c'est allé trop vite et je n 'ai pas pu modifier ma trajectoire. Mais ça m'est égal, j'ai une nouvelle médaille et ça me va très bien. » se réjouit-elle

Nicole Hosp, blessée aux Jeux de Vancouver, remporte une deuxième médaille à Rosa Khutor, après sa 2e place en super-combiné. « C'était extrêmement dur à skier. J'ai un peu regardé le départ de la course à la télévision en haut, et j'ai vu qu'il y avait plusieurs filles qui étaient sorties du parcours », explique-t-elle. « Nos entraîneurs ont très bien travaillé et nous ont donné de bons conseils. La tactique, c'était de freiner un peu et d'accélérer par la suite sur le bas du parcours ».

Tandis qu’après Michaela Dorfmeister (2006) et Andrea Fischbacher (2010), le titre du Super-G féminin revient une nouvelle fois à l’Autriche, deux skieuses n’attendent plus que la possibilité de prendre leur revanche en géant, mardi 18 février :la Suissesse Lara Gut, 4e à seulement 7/100e  du podium, et la co-championne olympique de descente slovène Tina Maze, 5e à 3 petits centièmes de seconde derrière.

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE