Accueil > Actualités > SOTCHI 2014 > Alexis Pinturault est en route vers les étoiles

SOTCHI 2014

Options

Alexis Pinturault est en route vers les étoiles

Alexis Pinturault is heading for the summit
©Getty Images

16/12/2013

Alexis Pinturault n’a que 22 ans, mais il fait déjà partie des meilleurs skieurs au monde dans plusieurs disciplines. Son ascension vers les sommets passe par la station de Rosa Khutor où se disputeront les épreuves de ski alpin des Jeux de Sotchi et où il aura plus d’une carte en main.

Alexis Pinturault, qui a grandi dans la station de Courchevel où son père gère un hôtel, est l’espoir n°1 du ski alpin français. Champion du monde junior de slalom géant en 2009, il débute cette saison-là en Coupe du monde, à 18 ans et ne tarde pas à figurer parmi les meilleurs dans plusieurs disciplines, le slalom, le géant, le super-G et le super-combiné. Avant ses 22 ans, il compte déjà quatre victoires sur le circuit FIS et a terminé dans les six premiers de toutes les disciplines sauf la descente lors des championnats du monde 2013 à Schladming. Une performance remarquable qui l’a toutefois laissé sur sa faim, car il espérait mieux ! 

En février prochain, Alexis va disputer ses premiers Jeux Olympiques. « C’est pour moi le plus gros évènement dans la carrière d’un sportif, et c’est aussi celui qui est regardé et suivi de tous », remarque-t-il. Faut-il se préparer différemment pour ce grand défi ? « Non. Même si c’est un superbe évènement, je ne vois pas pourquoi il faudrait s’entraîner d’une autre manière. En revanche, il faudra bien sûr faire le nécessaire à l’abord des Jeux pour arriver frais sur mes épreuves. Je dois être conscient de ce qui m’attend là-bas, beaucoup de sollicitations, énormément de médias. Il faudra donc faire la part des choses et savoir pourquoi j’y vais. À savoir skier et rien d’autre ! ». Et ça, le kid de Courchevel sait faire.

Pas d’épreuve de prédilection  

Le dauphin de l’Américain Ted Ligety lors du géant de Sölden, première épreuve de la Coupe du monde FIS 2013-2014 disputée fin octobre 2013, a plusieurs cartes dans son jeu. Des épreuves techniques à celles de vitesse, il est capable de briller partout. Mais il ne faut pas brusquer les étapes. « Je ne suis pas encore assez rapide en Super-G, mais je pense disputer trois épreuves (slalom, géant, super-combiné) à Sotchi. Je ne vois pas pourquoi j’hypothéquerai mes  chances de médailles. Je n’ai pas vraiment une épreuve de prédilection, j’ai eu plusieurs podiums dans chaque discipline, mais le géant reste celle où j’en ai eu le plus. La descente et le Super-G restent en revanche celles où j’ai le plus de progrès à faire ».  

En équipe de France, l’émulation entre les coureurs joue un grand rôle, et Alexis la considère comme un atout. « Cela nous tire vers le haut, et chacun essaie de tirer profit des uns et des autres ». Sa manière d’aborder les épreuves olympiques est toute simple. « Je n’ai pas d’objectif précis pour cette saison. Mon seul but est d’être le meilleur possible à chaque course, tout en les prenant les unes après les autres. « Step by step », comme on dit ».

Dans le grand concert international du « cirque blanc », Alexis Pinturault progresse à chaque étape vers les sommets. Sa fraîcheur, sa sûreté technique, sa vitesse, son mental à toute épreuve seront des atouts certains lorsqu’il s’agira d’aller chercher les médailles dans la vallée de Krasnaia Polyana.

 

Photos de Sotchi 2014

À LA UNE