Accueil > Actualités > Héritage > À Turin, le tourisme est un legs des Jeux d’hiver de 2006

Héritage olympique

Options

À Turin, le tourisme est un legs des Jeux d’hiver de 2006

Turin enjoys on-going tourism legacy of 2006 Winter Games
©Getty Images, IOC/Hélène Tobler

23/01/2014

Huit ans après Turin 2006, la ville de l’Italie du Nord continue d’engranger les bénéfices de la tenue des Jeux Olympiques d’hiver. Et l’impact des Jeux sur l’industrie du tourisme n’en est pas l’un des moindres.

Avant 2006, Turin était plutôt perçue comme une ville industrielle que comme une destination de vacances, mais les Jeux Olympiques d’hiver de 2006 ont participé au changement de cette image et ils lui ont permis de se transformer en centre d’affaires et de tourisme, en faisant découvrir au monde son riche patrimoine et sa culture ainsi que son industrie de pointe.

Certes le Guide Michelin avant 2006 qualifiait déjà Turin d’un « vaut le détour », mais après le succès des Jeux d’hiver, c’est devenu « vaut le voyage ».

Le nombre de visiteurs a immédiatement reflété ce nouvel état de fait qui a augmenté d’environ 100 000 à 150 000 touristes dans l’année qui a suivi les Jeux, selon Turismo Torino. Turin est ainsi devenue la quatrième ville la plus visitée d’Italie après Rome, Florence, et Venise. 

Cette croissance s’est poursuivie d’année en année depuis les Jeux, et le nombre de visiteurs du Piémont est passé de 3,3 millions en 2006 à 4,3 millions en 2012.

Grâce aux sites hérités des Jeux d’hiver, Turin a pu attirer un nombre croissant de grandes manifestations sportives, comme les Championnats du monde d’escrime, les Jeux universitaires d’hiver et les Championnats du monde patinage artistique.

Ainsi dans les deux ans qui ont suivi les Jeux, les installations du Parc olympique de Turin ont été le théâtre de 187 événements et 577 500 spectateurs l’ont fréquenté pour des manifestations commerciales, de loisirs ou sportives tandis que 55 000 personnes y sont venues pour des activités de divertissement.

Turin est par ailleurs devenue une destination majeure pour les événements commerciaux et la ville a accueilli 29 congrès en 2013 qui ont fait venir 22 000 participants et généré environ 66 000 séjours. Les retombées économiques de ces manifestations en 2013 sont estimées entre 19 à 32 millions d’euros. 

Le développement du tourisme doit énormément aux améliorations des infrastructures réalisées en vue des Jeux d’hiver de 2006, qu’il s’agisse des liaisons routières ou ferroviaires ou encore de l’agrandissement de l’aéroport de Turin.
Les villages olympiques construits dans les stations de montagne à Sestrières et Bardonecchia ont été reconvertis pour les touristes et environ 85 000 personnes ont été hébergées au village de Sestrières durant la saison 2012-13, ainsi que 12 000 durant l’été 2012.

Pour ceux qui y ont pris part, l’impact positif à Turin des Jeux d’hiver de 2006 ne fait aucun doute.

« Les Jeux Olympiques d’hiver vous procurent la plus grande visibilité possible au niveau international, » estime Cesare Vaciago, ancien responsable exécutif du Comité d’organisation de Turin 2006. « Tous les Jeux Olympiques ne changent pas l’histoire, certains changent celle du pays et d’autres celle de la ville hôte. Les Jeux à Turin en 2006 ont changé son histoire. C’était une cité oubliée, hors de vue qui ne croyait plus en ses capacités ni en son professionnalisme. Aujourd’hui Turin a repris confiance en elle-même! »

À LA UNE