Accueil > Jeux Olympiques > Ancient Olympic Games

Jeux Olympiques de l'antiquité

Selon les récits historiques, les premiers Jeux antiques furent célébrés en 776 av. J.-C. Ils étaient dédiés aux dieux grecs et se déroulaient dans les plaines d'Olympie. Les Jeux antiques ont été célébrés jusqu'en 393 après J.-C., date du décret de l'empereur Théodose Ier qui les abolira en les accusant de propager le paganisme.

 
Olympie

Site des Jeux Olympiques antiques, Olympie est située à l'ouest du Péloponnèse qui, selon la mythologie grecque, est l'île de "Pélops", fondateur des Jeux Olympiques. D'imposants temples, monuments votifs et trésors côtoyaient palestre et gymnase dans un site d'une beauté naturelle et mystique unique.

Dès le début du Xe siècle av. J.-C., Olympie fonctionna comme un lieu de rencontre destiné aux activités religieuses et politiques. Au centre s'élevaient les majestueux temples de Zeus et d'Héra. Le Stade, où l'on pénétrait par le Portique d'Echo, pouvait accueillir 40 000 spectateurs. Des constructions auxiliaires furent bâties dans les alentours jusqu'au IVe siècle av. J.-C., pour servir de lieu d'entraînement ou d'hébergement.

Les jeux et la religion

Les Jeux Olympiques étaient étroitement liés aux fêtes religieuses et au culte de Zeus, sans pour autant être partie intégrante d'un rite. Ils avaient en effet un caractère séculier et visaient à démontrer les qualités physiques et l'évolution des performances accomplies par les jeunes gens, ainsi qu'à faire prévaloir de bonnes relations entre les cités grecques. Selon les spécialistes, les Jeux Olympiques devaient leur pureté et leur importance à la religion.

La cérémonie des Prix

L'olympionique était récompensé immédiatement après la compétition. À l'annonce du nom du gagnant par le héraut, un hellanodice (juge) plaçait une palme dans ses mains, tandis que les spectateurs l'acclamaient et lui jetaient des fleurs. On lui nouait des rubans rouges autour de la tête et des mains en signe de victoire.

La cérémonie officielle de remise des prix se déroulait le dernier jour des Jeux dans le vestibule surélevé du temple de Zeus. D'une voix forte, le héraut annonçait le nom du vainqueur olympique, de son père et de sa cité. Puis, l'hellanodice ceignait la tête du vainqueur d'une couronne faite d'un rameau d'olivier, le kotinos.