Accueil > Sports > Lutte gréco-romaine > Lutte

Fédération mondiale de lutte

United World Wrestling
Adresse Rue du Château 6.
1804 Corsier-sur-Vevey

Suisse
Téléphone +41 21 312 84 26
Fax +41 21 323 60 73
E-mail fila@fila-wrestling.com
Site officiel http://unitedworldwrestling.org/

La Fédération Internationale des Luttes Associées (FILA) est créée en 1905. Elle gouverne alors la lutte et l'haltérophilie. Elle prend son indépendance en 1912, sous le nom d'International Ring Verband, appellation modifiée en 1953. La lutte est pratiquée en compétition depuis 1896, année des premiers Jeux Olympiques modernes.

Résurrection d'un classique

Quand, après 1 500 ans d'interruption, les organisateurs des premiers Jeux, en 1896, se mettent en quête d'un sport d'origine antique, la lutte est naturellement évoquée. Ils décident donc de remettre la lutte gréco-romaine au goût du jour, convaincus que ce style est conforme aux règles en vigueur dans l'Antiquité.

Introduction de la lutte libre

En lutte gréco-romaine, les lutteurs ne peuvent attaquer qu'avec les bras et le haut du corps, et ne peuvent saisir leur adversaire que sur ces parties du corps. En 1904, une nouvelle épreuve de lutte est inscrite au programme olympique : la lutte libre. Dans cette discipline, les lutteurs sont autorisés à utiliser leurs jambes pour repousser, lever ou faire trébucher l'adversaire, mais aussi saisir ce dernier au-dessus comme en dessous de la ceinture.

La lutte aujourd'hui

Aux Jeux Olympiques, les hommes s'affrontent en lutte libre et en lutte gréco-romaine, selon sept catégories de poids. La lutte féminine, introduite aux Jeux d'Athènes, en 2004, se dispute en lutte libre et compte quatre catégories de poids. Cependant, les championnats continentaux et mondiaux de lutte féminine se disputent en sept catégories.

Déroulement de la compétition

Aux Jeux Olympiques, la compétition est organisée en tournoi, avec des éliminatoires pour chaque catégorie de poids. Chaque combat est remporté lorsqu'un athlète parvient à maintenir son adversaire au sol ou qu'il l'immobilise à l'aide d'une prise, l'obligeant à s'avouer vaincu.