Collaboration avec l'ONU

   

"Les principes olympiques sont aussi les principes de l'ONU" – Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU lors du Congrès olympique de 2009 à Copenhague

Collaboration ONU/CIO : tirer le plein potentiel du sport

Les Nations Unies ont depuis longtemps admis la contribution du sport au développement et à la paix. La collaboration entre le CIO et l'ONU a joué un rôle déterminant pour reconnaître le sport comme moyen de promouvoir les objectifs de développement fixés au niveau international.

Le secteur sportif, lequel réunit des millions de personnes – des amateurs et des professionnels de tous les âges à travers les cinq continents – a contribué de manière significative aux objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et entend intensifier ses efforts dans le cadre du programme de développement de l'après 2015. Le CIO estime que ce programme est une occasion historique pour veiller à ce que le sport et l'activité physique comptent comme outils efficaces et importants pour atteindre les objectifs de développement durable.

En 2014, une série d'étapes historiques ont par ailleurs énormément renforcé le partenariat entre le CIO et l'ONU, partenariat qui remonte à 1922. En avril 2014, les Nations Unies et le CIO ont en effet signé un accord historique visant à renforcer la collaboration au plus haut niveau entre les deux organisations. L'accord souligne que le CIO et les Nations Unies "partagent les mêmes valeurs, à savoir la contribution à l'édification d'un monde pacifique et meilleur par le sport".

En savoir plus sur l'accord CIO/ONU

Le président d'honneur du CIO, Jacques Rogge, a également été nommé envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour les jeunes réfugiés et le sport. Il a ainsi pour mission principale de soutenir le secrétaire général de l'ONU pour faire connaître la situation des jeunes réfugiés et l'impact que le sport peut avoir sur l'éducation et la santé physique et mentale, tout en assurant la promotion de programmes permettant la pratique du sport et des activités physiques de manière sûre, adaptée et durable pour tous les jeunes réfugiés.

En novembre 2014, l'ONU a officiellement reconnu l'autonomie du CIO et du sport. La résolution adoptée par consensus lors de la 69e session de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York reconnaît le sport "comme moyen de promouvoir l'éducation, la santé, le développement et la paix" et relève le rôle significatif du CIO et du Mouvement olympique pour réaliser ces objectifs. 

En savoir plus sur la reconnaissance des Nations Unies

Lire le texte complet de la résolution de l'ONU

Partenaires depuis 1922

Les origines de la coopération CIO-ONU remontent à 1922 lorsque le CIO a signé un accord de coopération avec l'Organisation Internationale du Travail (OIT) afin de rendre le sport plus accessible aux travailleurs. Lorsque l'OIT est devenue une agence spécialisée de l'ONU après la création de celle-ci en 1945, ce partenariat novateur s'est étendu aux autres agences, fonds et programmes onusiens. Au fil des décennies qui ont suivi, une série d'actions et d'événements ont contribué à faire connaître le rôle du sport comme vecteur de changement social et le CIO a signé différents protocoles d'accord avec un certain nombre de programmes et d'agences des Nations Unies. 

Utiliser le sport pour édifier un monde meilleur

En 1993, l'Assemblée générale des Nations Unies a approuvé une résolution qui a renforcé encore davantage la coopération avec le CIO et la décision de faire renaître la tradition de la Trêve olympique a été prise. La résolution adoptée, intitulée "Pour l'édification d'un monde pacifique et meilleur grâce au sport et à l'idéal olympique", appelle les États membres, avant chaque édition des Jeux, à observer la Trêve olympique et à coopérer avec le CIO et le Comité International Paralympique dans leurs efforts pour utiliser le sport comme outil de promotion de la paix, du dialogue et de la réconciliation dans les zones de conflit pendant et au-delà de la période des Jeux Olympiques et Paralympiques.

Lire l'appel lancé par Ban Ki-moon à toutes les parties belligérantes dans le monde les invitant à observer la Trêve olympique lors des Jeux Olympiques de 2014 à Sotchi

En 2001, Kofi Annan, alors secrétaire général de l'ONU, avait nommé un conseiller spécial pour le sport au service du développement et de la paix, autre étape importante dans la reconnaissance de la contribution du sport au changement positif dans la société.

En savoir plus sur le Bureau des Nations Unies pour le sport au service du développement et de la paix

Actions sur le terrain, au service de l'humanité

La collaboration de longue date entre le CIO et l'ONU a culminé avec la décision prise en 2009 par l'Assemblée générale des Nations Unies d'accorder au CIO le statut d'observateur permanent.

Évidemment, l'importance du sport en tant qu'instrument de développement et de paix se mesure aussi par ce qui se produit dans le monde réel, sur le terrain.

En savoir plus sur les projets communautaires liés au sport

La réunion de haut niveau de l'Assemblée générale sur les maladies non transmissibles tenue en 2011 a permis de réaffirmer la contribution du sport à la santé publique. L'Organisation Mondiale de la Santé estime en effet que 38 millions ou 68 % des 56 millions de décès dans le monde en 2012 sont dus aux maladies non transmissibles. Si la tendance actuelle se poursuit, le taux annuel de mortalité imputable aux maladies non transmissibles explosera pour atteindre 55 millions d'ici 2030. Près de la moitié des décès liés aux maladies non transmissibles sont provoqués par des maladies cardiovasculaires, des cancers, des maladies respiratoires chroniques ou encore le diabète. S'engager à pratiquer un sport ou une activité physique régulière est l'un des moyens les plus efficaces pour éviter ce genre de maladies.