Collaboration avec l'ONU

   

Collaboration ONU-CIO : tirer le plein potentiel du sport

Les Nations Unies ont depuis longtemps reconnu la contribution du sport au développement et à la paix. La collaboration entre le CIO et l'ONU a joué un rôle déterminant pour reconnaître le sport comme moyen de promouvoir les objectifs du Millénaire pour le développement dans leur ensemble. Bien que les deux organisations aient deux missions très différentes dans la société, elles partagent les mêmes valeurs. Ainsi que l'a déclaré le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, dans son discours lors du Congrès olympique de 2009 à Copenhague : "Les principes olympiques sont aussi les principes de l'ONU."

Au service de l'humanité

Lorsque le secrétaire général des Nations Unies s'est récemment adressé à la Session du CIO avant les Jeux Olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi, il a ajouté que "cette équipe – les Nations Unies et le CIO – ne concourt pas sur les pistes de ski ou les patinoires. […] Nous unissons nos forces au service des idéaux que nous partageons. Durabilité. Universalité. Solidarité. Non-discrimination. L’égalité fondamentale de tous les individus."

Partenariat depuis 1922

Les origines de la coopération CIO-ONU remontent à 1922 lorsque le CIO a signé un accord de collaboration avec l'Organisation Internationale du Travail (OIT) afin de rendre le sport plus accessible aux travailleurs. Lorsque l'OIT est devenue une agence spécialisée de l'ONU après la création de celle-ci en 1945, ce partenariat novateur s'est étendu aux autres agences, fonds et programmes onusiens. Au fil des décennies qui ont suivi, une série d'actions et d'événements ont contribué à faire connaître le rôle du sport comme vecteur de changement positif et le CIO a signé différents protocoles d'accord avec un certain nombre de programmes et d'agences des Nations Unies.  

Utiliser le sport pour édifier un monde meilleur

En 1993, l'Assemblée générale des Nations Unies a approuvé une résolution qui a renforcé encore davantage la coopération entre les deux organisations et ouvert la voie à la création de la Journée internationale du sport au service du développement et de la paix. La résolution de l'Assemblée générale 48/10 a officiellement reconnu le rôle du Mouvement olympique dans la promotion "d'un monde pacifique et meilleur" et établi un partenariat pour promouvoir l'Année internationale du sport l'année suivante.

Autre étape importante en 1993 : la décision de l'Assemblée générale des Nations Unies de faire renaître la tradition de l'ekecheiria, la Trêve olympique de l'Antiquité, laquelle appelait les villes-états grecques à cesser les hostilités pendant les Jeux Olympiques. Depuis lors, l'Assemblée générale a adopté la Trêve olympique, intitulée "Pour l'édification d'un monde pacifique et meilleur grâce au sport et à l'idéal olympique", avant chaque édition des Jeux. En 2001, Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations Unies, a nommé le premier conseiller spécial pour le sport au service du développement et de la paix, ce qui témoigne encore de la reconnaissance de la contribution du sport au changement positif de la société.  

En savoir plus sur le Bureau des Nations Unies pour le sport au service du développement et de la paix

Statut d'observateur auprès des Nations Unies et actions sur le terrain

La collaboration de longue date entre le CIO et l'ONU a culminé avec la décision prise en 2009 par l'Assemblée générale des Nations Unies d'accorder au CIO le statut d'observateur. Évidemment, l'importance du sport en tant qu'instrument de développement et de paix ne se mesure pas par des résolutions, des nominations et des réunions, mais par ce qui se produit dans le monde réel, dans des endroits tels que Lusaka, en Zambie, et en Haïti où le CIO a créé ses deux premiers centres olympiques pour le développement de la jeunesse ou encore au Cambodge, où le CIO s'est associé au Programme alimentaire mondial (PAM) pour offrir des équipements sportifs et de loisirs, appelés kits sportifs, à 84 écoles primaires à travers le pays dans le cadre du programme d'alimentation scolaire PAM/ministère de l'Éducation. Depuis leur création en 2009, 650 000 enfants et jeunes scolarisés ont bénéficié directement de ces kits sportifs dans des écoles soutenues par le PAM, ou près d'un million de personnes si on tient compte des populations environnantes. Samsung, partenaire TOP du CIO, a lui aussi reconnu la valeur et l'efficacité de ce programme et s'est joint au CIO pour distribuer des kits sportifs dans le monde entier.

En savoir plus sur les projets communautaires liés au sport.

Le CIO a également œuvré pour utiliser le sport afin de contribuer à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement et de lutter contre les maladies non transmissibles. La réunion de haut niveau sur les maladies non transmissibles tenue en 2011 a permis de réaffirmer la contribution du sport à la santé publique. L'Organisation Mondiale de la Santé estime en effet que 36 millions ou 63 % des 57 millions de décès dans le monde en 2008 sont dus aux maladies non transmissibles. Si la tendance actuelle se poursuit, le taux annuel de mortalité imputable aux maladies non transmissibles explosera pour atteindre 55 millions d'ici 2030. Près de la moitié des décès liés aux maladies non transmissibles sont provoqués par des maladies cardiovasculaires, des cancers, des maladies respiratoires chroniques ou encore le diabète. S'engager à pratiquer un sport ou une activité physique régulière est l'un des moyens les plus efficaces pour éviter ce genre de maladies.

Les initiatives de coopération telles que celles susmentionnées sont régulièrement évaluées et peaufinées lors de réunions, notamment lors du Forum international sur le sport au service du développement et de la paix, lequel est conjointement organisé tous les deux ans par le CIO et l'ONU. La dernière édition s'est tenue en juin 2013, en présence du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, au siège de l'ONU à New York.