Accueil > L'Olympisme en action > Héritage olympique > L'héritage à travers la jeunesse

L'héritage à travers la jeunesse

   

Innsbruck

   

Lillehammer


 

En 2016, Lillehammer accueillera les deuxièmes Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver (JOJ). L’engagement fort à respecter et préserver l’environnement sera essentiel à la planification de ces Jeux. Bon nombre d’organisations s’efforcent à présent de vivre en accord avec ces valeurs.

Mais en 1994, la protection de l’environnement n’était pas une priorité pour tout le monde, ce qui a rendu d’autant plus louable le travail du comité d’organisation des Jeux Olympiques d’hiver à Lillehammer.
Entre l’utilisation des pierres du site du saut à ski pour fabriquer les médailles et la construction sous terre du Gjøvik Olympiske Fjellhall, site du hockey sur glace, pour préserver l’énergie, les Jeux de Lillehammer sont devenus les premiers Jeux "verts", montrant aux futures villes hôtes l’exemple à suivre.

S’exprimant au sujet de cet engagement en faveur de la protection de l’environnement, Gerhard Heiberg, membre du CIO et président du comité d’organisation des Jeux Olympiques à Lillehammer, a déclaré : “L’héritage des Jeux Olympiques d’hiver de 1994 est visible non seulement à Lillehammer et dans ses environs, mais aussi au sein du Mouvement olympique.”

Renforçant cet héritage pour la nouvelle génération, les JOJ d’hiver de 2016 à Lillehammer utiliseront les sites sportifs existants, qui avaient été construits dans les années 1990 de façon à être intégrés autant que possible dans le paysage de cette petite ville pittoresque de Norvège. Les mêmes technologies vertes seront à nouveau utilisées pour le Gjøvik Olympiske Fjellhall, qui accueillera les compétitions de patinage de vitesse sur piste courte, le site étant chauffé par l’énergie produite pour fabriquer la glace.

Les Jeux Olympiques de Lillehammer en 1994 ont fixé une nouvelle norme pour les comités d’organisation de manifestations sportives de grande envergure, en faisant passer le message fort que les mesures de protection de l’environnement peuvent et doivent faire partie de leur mission, un message que les JOJ d’hiver de 2016 sont en passe d'adopter également.