Accueil > L'Olympisme en action > Héritage olympique > L'héritage à travers la jeunesse

L'héritage à travers la jeunesse

   

Innsbruck

   

Lillehammer


Innsbruck 2012: Et de trois !

Dominant la ville autrichienne d’Innsbruck et entouré de montagnes tyroliennes recouvertes de neige, le stade emblématique de Bergisel est devenu un symbole en termes d’héritage.

Le site du saut à ski a été le théâtre de deux cérémonies d’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver (1964 et 1976) et en 2012, il a accueilli les athlètes et spectateurs lors des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver (JOJ).

Mais le stade de Bergisel n’est pas le seul à témoigner du solide héritage olympique d’Innsbruck. Patscherkofel (ski alpin), le stade de glace olympique (hockey sur glace et patinage) et Seefeld (ski de fond) ont tous fait leur retour sur la scène olympique quelque 38 ans après leurs débuts en 1964 en accueillant les compétitions sportives des JOJ.

© CIO

L’organisation de Jeux si légendaires a valu à Innsbruck d’être reconnue et appréciée pour ses sites sportifs de renommée mondiale, les spectateurs venant par milliers pour acclamer leurs athlètes préférés lors de compétitions organisées tout au long de la saison d’hiver. Les JOJ ont renforcé cette réputation avec le site de Kuhtai, un des plus grands parcs de ski acrobatique et de snowboard d’Europe.

Les JOJ ont également contribué à l’héritage olympique d’Innsbruck avec leur village olympique de la jeunesse au bilan carbone neutre qui profite à la population de la ville hôte. À peine trois mois après les Jeux, le village était déjà occupé par plus de 444 familles à bas revenus qui avaient besoin d’un logement à loyer abordable.

Mais ce que les trois éditions des Jeux ont surtout laissé derrière eux, c’est une nouvelle génération inspirée par les exploits sportifs des athlètes et les valeurs olympiques dont ces derniers ont fait preuve et une ville fière de porter son nom de "Cœur des Alpes".