Accueil > Le CIO > Commissions > Sport et environnement

Commission sport et environnement

   

Mission

   

Composition

   

Support

   

Jeux

Le développement durable est désormais placé au cœur des Jeux Olympiques.

PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET JEUX OLYMPIQUES

Organiser des « Jeux verts ». Depuis le souhait d’une ville d’accueillir les Jeux Olympiques jusqu’aux effets à long terme de ces mêmes Jeux, la protection de l’environnement et, plus important encore, le développement durable sont des éléments fondamentaux de la planification et du déroulement de cet événement planétaire. Dès le début des années 1990, le Mouvement olympique a progressivement reconnu l’importance de ces enjeux.
 

Réduire les effets sur l’environnement

Si le sport et les athlètes sont au cœur de la manifestation olympique, l’environnement l’est également : les Jeux doivent désormais être planifiés, gérés et organisés de manière à réduire les effets négatifs sur l’environnement.

Un héritage durable

Par ailleurs, les Jeux peuvent être l’occasion de laisser un héritage environnemental durable : réhabilitation et revitalisation de sites, sensibilisation accrue à l’environnement, politiques et mesures environnementales améliorées, etc. Ils peuvent également encourager et faciliter de solides actions en faveur de l’environnement, ainsi que le développement de techniques et de produits dans une ville, un pays et même au-delà par la valeur éducative du bon exemple.

Des initiatives dès la phase de candidature

Ces héritages positifs peuvent survenir indépendamment du succès de la candidature. À titre d’exemple, la réhabilitation et régénération d’une zone dégradée afin d’en faire un site pour les Jeux Olympiques ainsi que la création d’espaces verts publics peuvent être amorcés durant la candidature de la ville, puis être terminés et ce, même si la ville ne se voit pas décerner les Jeux.
Dans cette perspective, les prescriptions et politiques du CIO, ainsi que les mesures prises par ce dernier et par les comités de candidature et d’organisation, sont essentielles.

PHASE DES VILLES REQUÉRANTES

En 1999, le CIO a adopté une procédure de candidature à deux phases pour décerner les Jeux à une ville. La première phase est la "procédure d’acceptation des candidatures", durant laquelle les "villes requérantes" doivent répondre par écrit à un questionnaire.

Dans la section "Environnement" de ce questionnaire, les villes requérantes sont invitées à :

- Fournir une évaluation des conditions environnementales actuelles dans leur ville; - Donner des précisions concernant des projets environnementaux en cours et leur organisation;
- Fournir une évaluation de l’impact sur l’environnement de l’organisation des Jeux Olympiques dans cette ville/région;
- Indiquer si des études concernant l’impact sur l’environnement ont été menées sur les sites proposés et si la législation de leur pays requiert la réalisation de telles études.

Des questions sont également posées en matière de météorologie.

Les réponses à ces questions, ainsi qu’au reste du questionnaire, sont évaluées par le groupe de travail du CIO pour l’acceptation des candidatures dans son rapport à la commission exécutive du CIO. Ainsi, les conditions, mesures et impacts environnementaux sont pris en considération pour décider des villes qui deviendront "villes candidates".

PHASE DES VILLES CANDIDATES

Durant cette phase, les villes sélectionnées comme villes candidates soumettent un "dossier de candidature" (comprenant des garanties et des engagements) au CIO. Ce dossier est élaboré dans un cadre strict fourni par le CIO et comprenant notamment un thème intitulé "Environnement et météorologie".

Une ville candidate doit apporter des précisions concernant ses caractéristiques environnementales et météorologiques. Le CIO cherche également à comprendre l’approche environnementale d’une ville en ce qui concerne les caractéristiques géographiques, les autorités publiques, les systèmes de gestion environnementale, la construction des sites et les projets de développement.

Parmi les informations détaillées demandées : la qualité de l’air, les zones protégées, les rôles et responsabilités des autorités publiques, les études d’impact sur l’environnement, les travaux de construction, la coopération avec des ONG, l’intégration d’approches environnementales dans les contrats avec les fournisseurs et les sponsors, les précipitations/vents/températures/taux d’humidité durant la période des Jeux, et autres caractéristiques et mesures spéciales.

Le dossier de candidature est un élément central pour offrir des "Jeux verts" car tous les engagements concernant les mesures, programmes et politiques sont contraignants et devraient être respectés par le comité d’organisation.

PLANIFICATION DES JEUX ET SUIVI

Après qu’une ville a été élue ville hôte des Jeux, le comité d’organisation intègre les questions environnementales dans sa planification, sa logistique et ses opérations conformément aux engagements pris dans le dossier de candidature (entre autres) durant la phase de candidature. Il doit également travailler avec les autorités gouvernementales et d’autres parties concernées pour mettre en ouvre, aux niveaux de la ville et du pays, la politique, les programmes et les mesures décrits dans le dossier et nécessaires pour qu’une ville remplisse ses obligations dans le cadre du Contrat ville hôte.

Ces mesures environnementales sont élaborées et appliquées en consultation avec la commission de coordination du CIO ainsi que des experts du CIO qui apportent des conseils et une aide reposant sur les connaissances et expériences acquises lors de précédentes éditions des Jeux.

SUIVI DES ENGAGEMENTS ET DES ACTIONS

Outre un examen externe rigoureux de la part des ONG et des médias, le CIO et le comité d’organisation suivent de près les progrès accomplis et l’application des mesures et politiques proposées en faveur de l’environnement et du développement durable pour veiller au respect des engagements et à la mise à profit de l’occasion d’améliorer les conditions et pratiques environnementales.

VANCOUVER 2010

Le comité d’organisation des Jeux Olympiques à Vancouver (COVAN) est le premier à avoir créé un département du développement durable. Pour le COVAN, le développement durable signifie gérer les impacts et les perspectives aux niveaux social, économique et environnemental des Jeux Olympiques à Vancouver afin de laisser un héritage durable tant sur le plan local que mondial. À cette fin, le COVAN s’est fixé une série de six objectifs en matière de développement durable :

- Responsabilité
- Gestion environnementale et réduction de l’impact sur l’environnement
- Insertion sociale et responsabilité sociale
- Participation et collaboration des aborigènes
- Bienfaits économiques
- Le sport pour un mode de vie durable

LONDRES 2012

 Respectant les engagements pris dans son dossier de candidature, le comité d’organisation des Jeux Olympiques à Londres (Londres 2012) a produit son plan de développement durable. Ce plan fournit un cadre quant à la manière dont Londres 2012 et ses partenaires respecteront les impératifs du développement durable et reflète l’ambition du comité d’organisation à offrir des Jeux véritablement respectueux de l’environnement. Le plan est structuré selon cinq thèmes prioritaires :

- Changement climatique
- Déchets
- Biodiversité
- Insertion
- Mode de vie sain

Consulter le rapport de Beijing